Tous les articles sur le mot clé : Eurasie

L'ambiguïté du mouvement eurasien

Par Aurialie le 08.04.2007 à 23h52

L’organisation de la Marche Impériale ce dimanche, qui a vu se réunir deux milliers de manifestants dont un millier d’activistes du Mouvement international eurasien et 500 jeunes de l’Union eurasienne de la jeunesse, est l’occasion de parler de la pensée néo-eurasienne.

L’objectif de ce mouvement, dont l’un des leaders est Alexandre Douguine, ancien membre fondateur du parti National-bolchevique, est de construire un Empire Eurasien, où tous les peuples et cultures trouveraient leur place. Les différents orateurs de la manifestation d’aujourd’hui ont notamment déclaré que l’empire est la seule alternative à la xénophobie et à l’ethnonationalisme destructeur pour la Russie. Mais, tel qu’il est écrit sur leur site, "seuls les plus sages et les plus forts gouverneront, après une sélection impitoyable."

La fidélité aux racines et à l’orthodoxie est également très importante : "nous trahirons les héros de notre histoire, grand constructeur de l’empire eurasien, si nous ne créerons pas quelque chose d’encore plus grand, que ce qu’ils ont construit eux-mêmes." L’ennemi principal de cet empire est l’Occident anglo-saxonne, protestante et capitaliste.

Leurs mots d’ordre sont les suivantes :
- "La mort vaut mieux que la honte. Si tu ne peux pas être fort, il ne vaux mieux ne pas être alors."
- "La Russie c’est tout, les autres ne sont rien."

La Marche Impériale, organisée sur la place Maïakovski le même jour que la Pâque orthodoxe, a rappelé les grands principes de la pensée néo-eurasienne. Les orateurs ont appelé les peuples de Russie à s’unir face à la menace de l’escalade des conflits interethniques et de l’augmentation de l’interventionnisme occidentale.

Ces quelques citations montrent l’ambiguïté du mouvement eurasien : il est prêt à accepter tous les peuples et cultures dans un même empire (il réprouve la xénophobie et le racisme), mais seuls les plus forts (sous-entendu le peuple slave) pourront gouverner les autres. Une question apparaît alors : des mesures extrêmes seraient-elles prises pour permettre aux meilleurs de s’imposer ?

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article de Marlène Laruelle, intitulé Le néo-eurasisme russe. L’empire après l’empire ?, publié dans les Cahiers du monde russe, 42/1

Russie39
Russie32
Russie45
Russie03
Russie21
Russie18
Russie35
Russie16
Russie43
Russie20
Russie14
Russie41