Tous les articles sur le mot clé : insolite

Les mamies graffeuses de Samara

Par Aurialie le 21.10.2009 à 00h24

Je ne sais pas dans quelle mesure cette nouvelle est vraie, n’ayant pas trouvé d’informations sur d’autres sites au sujet de ces grands-mères graffeuses. Selon EnglishRussia, les peintures sur ces photos seraient l’œuvre d’un groupe de personnes âgées de Samara adeptes de l’art de rue.

"Combien de temps devrons-nous supporter ces horribles peintures que l’on appelle "graffiti" ? Après m’être posé la question deux fois, je me suis dit plus jamais !", explique Anastasia, leader du groupe. Elle poursuit : "Nous avons décidé de montrer à quoi devraient ressembler les vrais graffitis afin que nos enfants puissent adopter de bons goûts dès le plus jeune âge." Et c’est ainsi que des grands-mères d’une petite ville près de Samara ont décidé de prendre leurs crayons, de donner aux rues, aux immeubles, aux jeux d’enfants un "mamie style" et de mettre un peu de poésie sur les murs. La poésie, c’est bien ce qui manque dans le nouveau rapport de RSF sur la liberté de la presse... la France régresse dangereusement...

Novossibirsk miniature

Par Aurialie le 09.05.2009 à 23h37

Il y a moins d’un an, je montrais des photos de Moscou miniaturisée grâce à la technique photographique tilt-shift, du nom d’un objectif à décentrement. Cette fois-ci, c’est la ville de Novossibirsk que l’on peut (re)découvrir grâce à cet effet flou appliqué sur les images (qui donne un aspect maquette en recréant artificiellement une profondeur de champs très courte).

L’auteur des photos, Slava Stepanov, propose sur son blog des dizaines de clichés de Novossibirsk ; un bon moyen de découvrir cette ville sous toutes les coutures.

Lénine avait 100 ans

Par Aurialie le 06.09.2008 à 23h21


Il y a 28 ans, à l’occasion du centenaire de la naissance de Lénine, décédé quelques années plus tôt, des bucherons soviétiques ont taillé une forêt près de la frontière kazakhe avec le message suivant " ?????? 100 ???" (Lénine à 100 ans). Comme le fait remarquer English Russia, qui relaie cette image, à l’époque il n’y avait pas Google Earth, les bucherons ne l’ont donc pas fait pour être le buzz du jour et faire le tour du web. Est-ce dû à un ordre du gouvernement central ou une initiative personnelle, nul ne le sait, mais à ce jour, c’est toujours visible ici.

La nouvelle inutile de l'été

Par Aurialie le 20.07.2008 à 02h20

De nombreuses statues représentants des grands noms de l’Union soviétique (Dzerjinski, Staline, Kalinine, Brejnev…) ont fini leur vie dans le parc des sculptures, près de la Maison des artistes de Moscou. On y trouve également des Lénine sous toutes les formes (vieux, jeune, buste, grandeur nature, ..), déboulonnés au début des années 90. Eh bien, une de ses représentations, qui avait eu la chance de ne pas se retrouver dans le cimetière des reliques soviétiques, a été terrassée par un arbre, lui-même victime d’un coup de vent ou de tonnerre. Le monument de bronze, situé ruelle Ogorodnaïa Sloboda, a fait une chute d’un mètre et demi et s’est brisé en trois morceaux. Triste fin !

Source : Kontury.info

Sans alcool (3)

Par Aurialie le 03.09.2007 à 22h06

Après Sans alcool et Sans alcool suite, voilà un nouvel article sur les initiatives populaires pour lutter contre l’alcoolisme en Russie. Ci-dessous, la traduction d’un article de Novye Izvestia, traduit par Courrier International.

Dans le courant de l’été, quinze militants du mouvement "Pour un Altaï sans alcool" ont débarqué sur l’île Ioubilieïny, au milieu du fleuve Ob. Ils se sont régalés de jus de tomate, ont chanté un hymne à la défaite du monstre vert [l’alcool] et installé un panneau proclamant l’île "zone sans alcool".

"Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo, il a fait chaud, le soleil brillait, comme si la nature avait voulu montrer qu’elle nous approuvait", nous a déclaré Alexeï Braguine, à l’origine de cette action. "A partir de maintenant, ce n’est plus l’île Ioubilieïny [de l’Anniversaire], mais l’île Trezvosti [de la Sobriété]. Nous pensons que notre démarche fera croître le nombre d’adversaires déclarés de l’alcool dans la région."

A la mairie de Barnaoul, on nous a précisé que, sur les cartes, l’île continuerait à porter son ancien nom, mais que sa nouvelle appellation, non officielle, serait employée au même titre que l’autre, "dans le but de lutter contre l’alcoolisme". "C’est une grande première en Russie, nous a-t-on expliqué à la Société nationale de sobriété et de santé. On sait depuis longtemps que les simples injonctions morales sont impuissantes à vaincre le problème. Il faut de l’originalité, de bonnes idées. Ces dernières années, nous nous sommes efforcés de présenter à la génération montante une idée juste de ce que doit être un mode de vie sain, mais pour l’instant cela n’a pas donné grand-chose. Reste à espérer que l’île de la Sobriété soit plus efficace. Elle semble avoir toutes ses chances."

Pourtant, les experts ne sont pas tous emballés par cette initiative. Beaucoup estiment qu’elle n’a pas de sens, et que rebaptiser l’île n’aura été qu’une perte de temps. Pour Sergueï Poliatykine, directeur des programmes médicaux de la fondation "Non à la drogue et à l’alcoolisme", "c’est une action médiatique vouée à l’échec. Ces quinze malheureux antialcooliques veulent sans doute se démarquer de l’immense majorité de la population, mais ils vont juste se poser sous leur panneau et attendre le résultat. Même s’il est fort probable qu’ils soient animés de bonnes intentions, ce n’est pas ainsi qu’ils changeront les choses. Rien n’avance jamais tout seul. On pourrait les approuver s’ils avaient réussi à attirer l’attention de l’opinion sur le problème. Si leur action s’appuyait effectivement sur un arrière-plan solide, on pourrait en parler de façon sérieuse. Mais nous avons simplement assisté à un joyeux vaudeville. Dommage qu’ils n’aient pas vendu de billets."

Je n’ai qu’un commentaire : ce monsieur serait-il déçu de ne pas avoir eu cette idée en premier ? Et même si cette initiative est l’œuvre d’illuminés, qui n’aura pas beaucoup d’influence sur le comportement général de la population, l’intention est bonne et l’article de Novyé Izvestia a été bien relayé dans les journaux en ligne, c’est un bon début !

Source photos : Novye Izvestia

Tout le monde est en vacances

Par Aurialie le 16.08.2007 à 21h51

Le Daily Telegraph propose cette sympathique photo de Vladimir Poutine pendant ses vacances en Sibérie avec le titre "Un Russe nu : Poutine va à la pêche" et la mention : le leader russe avait inquiété les chefs occidentaux en tendant ses muscles politiques récemment.

On comprend mieux pourquoi le groupe Poiouchtchie vmeste chantait il y a quelques années : "J’en veux un comme Poutine" (sous-entendu un mec).

Gloubi-boulga religieux

Par Aurialie le 04.08.2007 à 01h52

Trouvée aujourd’hui sur le site English Russia, cette étrange construction, unifiant 16 religions différentes - branches du christianisme, de l’islam, de l’hindouisme, du bouddhisme et bien d’autres.. Cette "cathédrale de toutes les religions", située au Vieux Arakchino, dans la banlieue de Kazan, est l’œuvre de l’architecte russe Ildar Khanov. C’est en avril 1994 qu’il s’est attelé à la difficile tache d’unir les religions, suite à un rêve, dans lequel le Christ lui aurait demandé de bâtir un tel monument. Cet artiste, qui a failli mourir de faim lors de la Seconde guerre mondiale est un adepte de la philosophie orientale et un guérisseur, aidant gratuitement les malades, les toxicomanes et les alcooliques qui se présentent à sa porte. En reconnaissance de ses soins, ces derniers l’aident à construire son œuvre multiconfessionnelle, tandis que les matériaux de construction sont déposés gracieusement par des anonymes.

Ce concentré d’éclectisme religieux a toute sa place dans la région de Kazan, puisque la République du Tatarstan est considérée comme un modèle de coexistence pacifique entre les musulmans et les chrétiens.

Source : Inopressa.ru
D’autres photos sur English Russia

Il faut sauver le ë

Par Aurialie le 02.08.2007 à 16h46

Andreï Foursenko, ministre de l’Education russe, s’est attaqué à une importante mission : rendre toute sa place à la lettre ë (io), trop souvent remplacée par la lettre e (ié), en rendant obligatoire son utilisation.

Cette lettre est apparue la 1e fois en 1783, grâce à la directrice de l’académie des sciences de Saint-Pétersbourg, Ekaterina Dachkova, qui souhaitait n’utiliser qu’une lettre (au lieu de deux) pour le son "io" (par exemple, "ë ???" au lieu de "i ????"). Mais c’est surtout Karamzine, à qui on a souvent attribué par erreur la paternité de cette lettre, qui l’a rendu célèbre en 1796 en l’utilisant massivement dans un almanach de poésie Aonidy. Cependant, est-ce une initiative de Karamzine ou de l’imprimeur (la question mérite d’être posée), puisque dans son Histoire de l’Etat russe, écrite entre 1816 et 1829, Karamzine n’emploie pas cette lettre. Ce n’est que le 24 décembre 1942 que l’usage de cette lettre dans les ouvrages scolaires est devenu obligatoire et que le ë a eu sa place officielle dans l’alphabet russe.

S’en suit maintenant une querelle de linguistes (comme chez nous pour la prononciation de août), politiques et designers sur l’obligation d’utiliser cette lettre, principalement visible de nos jours dans les livres pour enfants et les manuels pour les étrangers apprenant la langue russe. Foursenko explique qu’il est pourtant indispensable de se battre pour une prononciation et une orthographe justes, car la langue russe est aujourd’hui déformée à un degré plutôt important. Ainsi, le refus d’employer la lettre ë est une violation de la loi fédérale sur la langue d’Etat de la Fédération de Russie. Et les admirateurs de la lettre ë sont nombreux : des monuments ont été érigés en son honneur, notamment à Oulianovsk et dans la région de Iadrinski à la place de l’ancien village Iolkino.

Source : Newsru.com

Allez une petite partie de Tetris !

Par Aurialie le 17.07.2007 à 23h44

Rares sont les personnes qui ne connaissent pas ce jeu où il faut emboîter des pièces de différentes formes (sept, comme le nombre d’"unités" que la mémoire immédiate peut retenir dans un laps de temps réduit) pour constituer des lignes qui disparaissent alors, la vitesse (et le stress) augmentant au fur et à mesure. Tetris, ce formidable jeu de réflexion (l’assemblage des pièces ne doit rien au hasard), a été inventé par un ingénieur russe en 1985. Alexei Pajitnov, six ans après l’obtention de son diplôme, souhaite reproduire l’un de ses jeux préférés Pentomino. Le programme est tellement bien fait que ses collèges ne peuvent s’empêcher d’y jouer compulsivement. Un jeune hacker de 16 ans, Vadim Gerasimov, va alors porter le jeu sur la plate-forme IBM PC, accélérant sa diffusion à Moscou mais aussi à Budapest. Il tombe alors sous les yeux de Robert Stein, un Anglais né en Hongrie, agent international de vente de logiciel, qui sent tout de suite le potentiel de cette invention.

Le succès du jeu a été immédiat et adapté à tous les types de supports (consoles, PC, téléphone portable, …). Par contre, comme souvent avec les bonnes inventions et idées nées à une époque où la législation des droits d’auteur n’étaient pas tant développée qu’à notre époque, son créateur n’a pas vu son compte en banque explosé sous les royalties. A ce sujet, il aurait déclaré "Le fait que tant de gens apprécient mon jeu me suffit amplement." Toutefois après avoir émigré en 1991 aux Etats-Unis, il réussit à récupérer une partie des droits d’auteur en 1996 et fonde la Tetris Company. Et pour jouer, c’est ici !

"Mon cher Georges"

Par Carole le 06.02.2007 à 22h01

Moskovskie Novosti dans son édition du 26 janvier au 1er février 2007 proposait un article de politique fiction. Un mystérieux Monsieur Bill, de nationalité américaine, envoie une lettre à son "cher Georges", président des Etats-Unis. Dans son long courrier (tellement long, qu’une pièce jointe était inévitable), il fait une rétrospective des quinze années qui ont suivi l’effondrement de l’URSS et fait un parallèle entre Vladimir Poutine et Franklin Delano Roosevelt, avec une question : pourquoi pas un troisième mandat ?

Pour vous donner envie de lire cette lettre, voilà une citation parmi tant d’autres : "Avant de lire aux Russes une leçon sur la démocratie, il serait bon de se souvenir comment cela pourrait se terminer. La tragédie de 1917 en Russie est la responsabilité de l’Occident, notamment des politiques de l’Angleterre et de la France, les alliés de la Russie, qui, motivés par leurs conceptions libérales, ont participé à une discréditation irresponsable du Pouvoir suprême, ont encouragé ses opposants, entachant de la sorte l’esprit moral de la nation et de l’armée."

Une erreur dans la lettre a tout de même échappé au journaliste et à la secrétaire de rédaction : "Ses (il parle de Vladimir Poutine) collègues occidentaux, Bush, Schröder, Chirac, Berlusconi, ont plusieurs fois exprimé leur enthousiasme vis-à-vis de lui.” Il semble que l’auteur de la lettre ait oublié qu’il écrivait à Georges Bush, pourquoi ne lui dit-il pas "toi" alors ?

Word - 47.5 ko
Lettre

OSS 117, bonne fête !

Par Aurialie le 19.12.2006 à 22h37

Vous n’en rêviez pas et pourtant la Russie l’a fait : célébrer les salariés des organes de sécurité, anciennement journée de Tchékistes. Pour rappel, la Tcheka, créée le 20 décembre 1917, est l’acronyme de Commission extraordinaire panrusse pour la répression de la contre-révolution et du sabotage, c’est-à-dire, service secret pour combattre les ennemis du régime. Boris Eltsine a remis au goût du jour cette journée de célébration du travail des agents secrets par un oukase en 1995.

Il faut savoir qu’en Russie, tous les corps de métier ont leur journée, un peu comme nous avec les saints patrons (saint Honoré pour les pâtissiers, saint Christophe pour les automobilistes, ...)

Si demain vous voulez envoyer une carte postale à votre agent secret préféré, vous trouverez quelques idées sur ce site.

Alex Krycek savait des choses

Par Aurialie le 07.12.2006 à 20h42

Voilà la première phrase d’un article paru hier sur Ria Novosti, dont le titre est « Menace russe sur l’Estonie : les Russes ont peu de points communs avec les extraterrestres (ministre russe) » : La Russie présente la même menace pour l’Estonie que les extraterrestres, a déclaré mercredi à Athènes le vice-Premier ministre et ministre russe de la Défense Sergueï Ivanov commentant les propos du nouveau commandant des Forces armées estoniennes Ants Laaneots.

Menaçante, la Russie l’est pour certains pays ou régions. J’en veux pour preuve cet article qui assimile les disparitions en Tchétchénie à des « enlèvements » extraterrestres.

Toutefois, pour finir sur une note légère aujourd’hui et ne pas donner l’impression que je déteste la Russie et les Russes, voilà quelques documents trouvés sur des phénomènes ufologiques en Russie : 4 rapports par ci, 5 vidéos par, un historique et un étrange cadavre en décomposition récemment trouvé sur le front de la mer de Sakhaline. Etrange… Espérons maintenant que le nouveau programme spatial Radioastron va permettre de trouver de vraies traces de vie extraterrestre.

Vous avez dit "Propagande" ?

Par Aurialie le 29.11.2006 à 23h44

Vous cherchez un cadeau de Noël original et typiquement soviétique ? Pourquoi ne pas offrir ce magnifique tapis à l’effigie de Lénine entouré de joyeux travailleurs ?

En allant sur le site englishrussia.com, vous découvrirez également les visages de Gagarine, de Fidel Castro jeune ou encore celui de Mikhaïl Ivanovitch Kalinine, qui a donné son nom à l’enclave russe de Kaliningrad et qui ressemblait étrangement à Trotski. La question est maintenant de savoir où trouver ces tapis

Russie02
Russie32
Russie01
Russie34
Russie40
Russie31
Russie20
Russie16
Russie43
Russie42
Russie05
Russie45