Tous les articles sur le mot clé : Medvedev

Deux hommes, deux styles

Par Aurialie le 13.01.2011 à 23h09

Sergueï Elkine a entamé une série de dessins montrant les différences de style entre le président Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine. Après s’être attaqué à leur façon de disperser une manifestation, Elkine les montre en train de nager dans une piscine.

Sous Medvedev, on peut lire : Medvedev clapote joyeusement, va dans l’eau, nage le crawl, le papillon. Il s’imagine comme Ikhtiandr (personne d’un livre de Beliaev, L’homme-amphibie) ou le Capitaine Nemo. Après la baignade il se sèche méticuleusement dans une flaque d’eau d’un vestiaire.

Et sous Poutine : Le Premier ministre nage dans une piscine dans un bateau à moteur. Il frappe les nageurs bouche-bée avec un harpon dans un but scientifique. Mais selon son humeur, il peut aussi les embrasser sur le ventre (et dans la série "Poutine aime les animaux", voilà 24 photos, avec beaucoup de chiens).

Alors, lequel a votre préférence ?

Source : Sergueï Elkine

Une carte pour Khodorkovski et Lebedev

Par Aurialie le 08.12.2010 à 22h46

Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev sont en prison depuis sept ans pour des allégations de crimes économiques. Ils devaient être libérés en 2011 ... Mais pour les autorités, ce n’était pas assez ! Un second procès a été organisé, le ministère public a requis 14 ans de prison contre les deux ex-Ioukos. La sentence sera connue le 15 décembre 2010. Et malheureusement, "il n’y a pas d’espoir d’avoir une décision juste et équitable du tribunal", selon le site free-khodorkovsky.ru. "Seuls les citoyens de la Russie seront en mesure d’arrêter ce scandale !"

"N’ayant aucune illusion dans la puissance du président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, nous l’encourageons à avoir la volonté de libérer Khodorkovski, Lebedev et d’autres personnes condamnées dans l’affaire de Ioukos et d’y mettre fin."

Et pour l’aider à prendre sa décision, les responsables du site demandent que vous remplissiez une carte postale virtuelle à l’attention du président russe, via leur formulaire. Ils vont ensuite les imprimer et les lui envoyer le 13 décembre. Il vous reste donc 4 jours pour remplir cette carte postale et aider le plus célèbre prisonnier politique en Russie.

A l’occasion du Marathon des signatures, organisé par Amnesty International, vous pouvez également signer une pétition pour Ibragim Gazdiev, enlevé par par des Russes en tenue de camouflage (peut être des agents du FSB) le 8 août 2007, sa famille est sans nouvelle depuis cette date.

L'histoire souffle le chaud et le froid

Par Aurialie le 01.12.2010 à 00h05

De gauche à droite, en commençant par le bas, nous pouvons lire Staline, Brejnev et Poutine et en haut "dégel khrouchtchévien", "dégel gorbatchevien" et "protalina medvedevesque" (ça ne sonne pas très bien, désolée).

Faisons donc un petit cours de traduction franco-russe : La protalina ( ?????????), c’est ça : c’est l’endroit où la neige fond et laisse apparaître la terre (a priori, il n’y a pas de traduction en un mot en français). Et auriez-vous une meilleure traduction de l’adjectif " ????????????", issu du nom du président russe Dmitri Medvedev ?

L’histoire est un éternel recommencement semble suggérer Sergueï Elkine, est-ce que cela signifie qu’il y aura un retour dans les zones froides de l’histoire si Vladimir Poutine est de retour en 2012 ?

Sur le front de l'ouest...

Par Aurialie le 25.11.2010 à 23h43

Je ne me lasserai jamais des dessins de Elkine.

Révo-évo-lution

Par Aurialie le 19.11.2010 à 19h12

Ceci est une révolution : quand on a un Apple, on est au top de l’évolution ! Et Medvedev semble bien être un mac-addict comme le montre ces photos. Il a même rencontré Steve Jobs lors de son séjour estival en Californie.

Source image : Sergueï Elkine

Loujk-Off*

Par Aurialie le 29.09.2010 à 00h05

La semaine dernière, je titrais un de mes articles "Moscou vaut bien un lynchage" : après une semaine de vacances et un refus de s’en aller de lui-même, Dmitri Medvedev a décidé de limoger le maire de Moscou, Iouri Loujkov, pour perte de confiance. Les médias et les bloggeurs ont largement commenté cette décision aujourd’hui. Et celui qui a certainement la meilleure information sur cette affaire est The News Times, qui a obtenu une copie de la lettre que Loujkov a transmise au président Medvedev pour plaider sa cause (un morceau de la lettre en illustration). Mais critiquer le président en lui disant qu’il profane la démocratie en le limogeant n’était apparemment pas la bonne tactique pour lui faire changer de décision.

Dans son courrier, Iouri Loujkov écrit notamment que la "société n’est pas d’accord" avec la décision du Kremlin de lui ôter le poste de maire de Moscou et pourtant dans un sondage effectué dans la journée sur le site superjob.ru, on apprend que 59% des 1800 moscovites ayant répondu soutiennent cette décision (ce sondage vaut ce qu’il vaut). Certains ont même manifesté leur joie, malgré la pluie et l’intervention de la police. D’autres se demandent quand viendra le tour de Poutine, en twit ou en image.

* Rendons à César ce qui appartient à César, l’auteur de ce titre est Korobkov.

Ca vaut bien une brève

Par Aurialie le 16.09.2010 à 00h08

Ce 25 septembre à Moscou aura lieu la réunion constitutive de création d’un mouvement pour la modernisation accélérée du pays, appelé plus simplement "Russie - en avant !". Ce nom devrait vous dire quelque chose, puisqu’il s’agit du titre d’un article de Dmitri Medvedev, publié il y a un an, dans lequel il décrivait un programme de modernisation, plein d’espoirs pour le futur.

L’annonce de la création de ce nouveau mouvement a été faite aujourd’hui par Guennadi Goudkov (membre de Russie Juste) : "Nous créons ce front de modernisation pour unir les gens, intéressées par une accélération des transformations (...) [et ayant] pour objectif commun la construction d’une Russie moderne, libre, démocratique, capable d’assurer à tous les citoyens un présent digne et un futur meilleur." Et parmi ces gens devraient se trouver, outre des membres de Russie Juste, des représentants de Iabloko, du Parti communiste, du LDPR, mais aussi de Russie Unie (le parti au pouvoir).

Avec un parti derrière lui, Dmitri Medvedev pourrait donc être mieux armé pour se lancer dans la course à un 2e mandat, face au toujours très populaire Vladimir Poutine. D’autant plus que Russie Unie envisage la possibilité de participer à l’élection présidentielle en ne mettant pas V. Poutine tête de liste. Ca valait bien une brève, non ?

Sources : Newsru.com et Interfax

Du développement de la démocratie

Par Aurialie le 14.09.2010 à 00h41

Lors du Forum mondial de la politique de Iaroslavl, Dmitri Medvedev a fait plusieurs déclarations intéressantes, notamment sur la démocratie. Il a tout d’abord constaté que la démocratie en Russie était "jeune, imparfaite et inexpérimentée" (en effet, elle a à peine 20 ans), mais, "elle existe et elle est aujourd’hui meilleure qu’il y a cinq ans" [sous Vladimir Poutine], et encore "meilleure qu’il y a 12 ans" [sous Boris Eltsine]. Selon lui, cinq principes sont importants pour l’améliorer :

  • l’incarnation juridique des valeurs et idéaux humanistes
  • le soutien au développement technologique de haut niveau (développement de l’innovation, modernisation)
  • l’aptitude de la démocratie à se protéger des atteintes du monde criminel (pour cela un pouvoir judiciaire indépendant est nécessaire, ainsi qu’un système pénitentiaire humain)
  • un haut niveau de culture et d’enseignement (nécessité de discussions publiques sur les problèmes pointues)
  • une impression personnelle de liberté, supposant un refus du paternalisme.

Le programme qu’implique ces principes ne sera pas rempli avant la fin de son mandat, c’est un travail de longue haleine (d’où le dessin de V.Bogorad). La démocratie met du temps à s’installer dans un pays, et comme on peut le voir actuellement ces principes peuvent être rapidement remis en cause, même dans une vieille démocratie...

Source : Vedomosti

Un sursis pour la forêt de Khimki

Par Aurialie le 26.08.2010 à 23h26

Il l’a twitté en anglais (capture d’image ci-dessous), il l’a twitté en russe, il l’a vidéo-bloggué : Medvedev a décidé de suspendre la destruction de la forêt de Khimki (pour la construction d’une autoroute entre Moscou et St Pétersbourg) et de procéder à des nouvelles expertises et discussions, suite aux nombreuses pétitions qu’il a reçues. Un bloggeur pense que c’est sa rencontre avec Bono (le chanteur de U2) et Iouri Chevtchouk (leader du groupe DDT) qui lui a fait changé d’avis. Quoiqu’il en soit, cette décision est semble-t-il sans précédent : un premier succès de la société civile russe face au pouvoir ?

Etre (démocrate) ou ne pas être

Il y a une semaine, j’avais commencé à traduite un article de David J. Kramer (charcheur au German Marshall Fund) paru sur The Moscow Times intitulé Medvedev is no democrat. En voici les premiers paragraphe : "Ceux qui avaient espéré que le président Dmitri Medvedev apporterait à la Russie un avenir plus démocratique, tourné amicalement vers l’Ouest, ont connu des montagnes russes d’émotions ces derniers temps. Ils ont été enthousiasmés par le discours que Medvedev a donné devant les ambassadeurs de Russie il y a [trois] semaines, dans lequel il a parlé de la nécessité d’une "modernisation des alliances" avec les États-Unis et d’autres pays occidentaux. Une fois de plus, Medvedev a exprimé son soutien à l’État de droit, à la démocratie et aux institutions de la société civile : "Il est dans l’intérêt de la démocratie russe que le plus grand nombre de nations possible suive les normes démocratiques dans leur politique intérieure."

Trois jours plus tard, cependant, les commentaires de Medvedev lors d’une conférence conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel ont été carrément déprimants, lorsqu’il a pris sur soi la responsabilité d’une loi qui ferait dangereusement accroître les pouvoirs du Service fédéral de sécurité.
Ce projet de loi a été soumis par le gouvernement à la Douma d’État après les attentats du métro de Moscou en mars. Entre autres choses, il permettra d’élargir les pouvoirs du FSB qui pourra avertir les citoyens que leurs actions pourraient constituer une violation future de la loi. Combien de fonctionnaires de police peuvent deviner ce que Dieu seul sait, mais l’une des craintes, c’est que le projet de loi soit utilisé pour intimider les opposants au gouvernement qui seront amenés à réfléchir deux fois avant de parler ou d’agir.
 [...]

Les principaux militants des droits humains russes ont averti dans une lettre ouverte récente que cette loi serait le retour dans le pays à la "tyrannie judiciaire, l’intimidation des dissidents et le contrôle par les services de sécurité des activités pacifiques des citoyens." Eux et d’autres opposants au projet de loi avaient espéré que Medvedev opposerait son veto à la législation, mais ses discussions avec Mme Merkel ont tué ces chances. "La loi sur le FSB est un projet de loi interne. Chaque pays a le droit d’améliorer sa législation, notamment celles relatives aux services spéciaux", a déclaré M. Medvedev." […]

La suite de l’article fait ensuite référence à d’autres lois ou projets de loi : l’un interdisant aux personnes déjà condamnées pour des infractions - y compris des infractions au code de la route, tel un excès de vitesse - d’organiser des rassemblements publics et des manifestations ; l’autre donnant aux services de police un plus grand pouvoir pour fermer des sites web et poursuivre les fournisseurs de services Internet ; un 3e accordant plus de pouvoirs aux gouverneurs locaux, notamment celui des renvoyer des maires, ce qui rendrait l’élection directe des maires dénué de sens.

L’auteur souligne ensuite le peu de résultat dans l’enquête sur les meurtres de la militante des droits de l’Homme en Tchétchénie Natalia Estemirova et de l’avocat Sergueï Magnitski ; et termine sur un bilan peu flatteur : "’Plus de moitié de la présidence de Medvedev a passé et la situation politique en Russie reste catastrophique. Le rapport 2009 sur les Droits de l’Homme du Département d’Etat américain donne des informations détaillées sur le nombre élevé d’assassinats parmi les opposants du gouvernement, les journalistes et militants des droits de l’Homme, dont la plupart reste impunie. En outre, la corruption s’aggrave, l’État de droit est pratiquement inexistante, et le Caucase du Nord est un foyer de violations des droits de l’homme et du terrorisme. [...]"

Quelques jours après la parution de cet article, un autre était publié annonçant la démission de la conseillère en Droit de l’Homme du Kremlin, Ella Pamfilova, du fait de l’atmosphère actuelle en Russie. Depuis quelques mois, elle critiquait la politique intérieure de la Russie et notamment l’échec du gouvernement d’engager le dialogue avec la société civile.

Et enfin, ce week-end, le rappeur engagé Noize MC (aka Ivan Alekseev) a été arrêté après un concert à Volgograd et condamné hier à 10 jours d’arrestation administrative pour "hooliganisme", pour avoir offensé verbalement des policiers dans une de ses chansons. Le conflit a commencé quand le batteur du groupe, Pavel Teterin, est descendu dans la foule avec sa casquette pour demander de l’argent à la foule. Ce geste symbolique, traditionnel dans les concerts de Noize Mc, a été pris pour une action réelle de mendicité par les policiers présents.

En réponse, Alekseev a entamé une chanson, qui accuse les officiers de police de violence, corruption et stupidité, devant un cordon de policiers (vidéo). Le refrain est le suivant : " ?????????, ????- ???? ; ?? ???????? – ????- ????, ?? ?????? – ????- ????, ? ???? ??????, ????!". (dont la traduction pourrait être : Citoyen, stop-stop ; Montre tes poches – hop-hop ; Et maintenant tes reins – pan-pan ; Va-t-en et fume la moquette !). Le chanteur aurait également comparé les policiers à "des animaux avec des emblèmes rouges sur leurs têtes’. Lors de la comparution immédiate, il a demandé pardon et a mis son comportement sur le stress causé par la naissance de son fils trois jours avant. Une pétition a été mise en ligne pour demander sa libération immédiate.

Source image : The Moscow Times

PS : Malgré mes nombreuses relectures, il peut rester des fautes, et je m’en excuse par avance.

Et Medvedev twitta !

Par Aurialie le 18.07.2010 à 01h51

Dmitri Medvedev avait déjà une page sur LiveJournal et un vidéo-blog, depuis sa visite dans la Silicon Valley et plus particulièrement dans les locaux du plus important site de micro-blogging , il a 2 comptes Twitter (un en anglais et un en russe).

Comme souvent, le premier tweet n’est pas très passionnant. Les experts en nouvelles technologies estimaient d’ailleurs que si le président n’apportait pas de contenu vraiment intéressant, le nombre de followers allait diminuer inexorablement. Moins de 24h après l’ouverture officielle, Dmitri Medvedev avait plus de 25.000 followers sur son compte en russe et 19.000 sur son compte en anglais. Aujourd’hui, moins d’un mois après, leur nombre est respectivement de 49.000 et 34.000.

Medvedev ne parle pas que de ses déplacements, rencontres, actions, ... en moins de 140 caractères, il raconte également de petites anecdotes. Par exemple, le 15 juillet, il a écrit : "Angela Markel a déclaré qu’elle aime beaucoup les hamburgers ; même plus que moi et Barack Obama" (?????? ??????? ??????????, ??? ????? ????? ??????????. ???? ??????, ??? ?? ? ??????? ??????). Le 29 juin, après avoir vu qu’il manquait beaucoup de députés à la Douma, il a twitté : "Les députés doivent aller aux séances du parlement. C’est honteux de voir ces fauteuils vides. Il faut aller travailler." (" ???????? ?????? ??????? ?? ????? ?? ?????????? ??????????. ?????? ?????? ???????? ?? ?????? ??????. ?? ?????? ???? ??????.").

Ces tweets de politique internationale sont également intéressants : par exemple, le 13 juillet "Enough talk about alternative energy, it’s time for action. We need green electricity tariffs."(Ainsi de discussion sur les énergies alternatives, il est temps d’agir. Nous avons besoin de tarif sur l’électricité verte) ou le 12 juillet "The main thing is that Russia and the US realise that sustained development rather than weapons or spy games underlies national security." (Le principal est que la Russie et les Etats-Unis se rendent compte qu’un développement soutenu, plus que des armes ou des jeux d’espions, est à la base de la sécurité nationale).

Et Medvedev montre même des photos en utilisant Twitpic et semble avoir son propre système de réduction d’url (krln.ru) pour les articles renvoyant sur le site du Président de Russie. Le fait d’avoir une équipe de 8 personnes pour gérer ses 2 comptes doit pas mal l’aider dans sa nouvelle activité de micro-blogging !

Sans commentaire

Par Aurialie le 08.04.2010 à 23h29

Sauf un : la petite bébête verte ressemblant étrangement à Vladimir Poutine sur la tête de Dmitri Medvedev est un "brain slug", personnage mineur de la série Futurama, se greffant sur la tête des êtres humains pour les contrôler.

Ou plutôt deux (commentaires) : je partage un des commentaires sur ce dessin de Sergueï Elkine : " ??????? ???????? ?? ?????????? ??????. ??? ?????? ??????? ???? ??? ??? ??? ???????????" ("Bien sûr Medvedev n’est pas la marionnette de Poutine. C’est Poutine qui voudrait qu’il soit sa marionnette").

A voté !

Par Aurialie le 21.03.2010 à 18h37

En ce jour de 2e tour des élections régionales françaises, j’ai trouvé que cette vidéo était d’actualité : le vote d’un électeur d’Ekaterinbourg lors des régionales du 14 mars 2010. Celui-ci ne vote pas vraiment, mais fait la promotion du site putinavotstavku.ru, demandant la démission de Vladimir Poutine.

Aujourd’hui, 11 jours après sa mise en ligne, la pétition a récolté 15.000 signatures, les premiers signataires étant les opposants habituels de la politique du gouvernement : Elena Bonner, Vladimir Boukovski, Andreï Piontkovski, Vladimir Kara-Mourza, ... La pétition a bien sûr aussi des opposants dans la blogosphère russe, et certaines revendications ont été reprises hier lors des actions de protestation menées dans une cinquantaine de villes russes contre la politique économique de Vladimir Poutine. Des photos des manifestants de Saint Pétersbourg sont visibles ici (sur le site de Sergueï Chernov), celles de Moscou (sur le site d’Igor Podgomy), mais la participation aurait été plus forte en province (Vladivostok, Irkoutsk, ...). Des actions assez normales en ces temps de crise.

Une photo du Bestof Russia 2009

Par Aurialie le 24.02.2010 à 23h21

Hier c’était la journée des défenseurs de la patrie, considérée comme la fête de l’armée. Cette magnifique photo de Leïla Tourkina illustre à sa façon une de ces facettes : le sort des vétérans, souvent blessés ou malades, vivant avec le souvenir des batailles remportées, des médailles obtenues.

Ce cliché fait partie du projet Bestof Russia, les meilleures photographies de Russie, créé en 2008 par Vinzavod (que j’avais évoqué l’année dernière). Preuve de la qualité de ce concours, le président en personne a inauguré l’exposition 2009. Toutes les photos gagnantes sont visibles ici.

Le calendrier de la police russe n'est pas sexy

Par Aurialie le 22.02.2010 à 00h39

En réponse à la déclaration du ministre de l’Intérieur, Arcady Edelev, sur le caractère unique du coup de folie du commandant Evsioukov dans un supermarché de Moscou (qui a fait 2 morts et 7 blessés), la rédaction de la revue Esquire a établi un calendrier des exactions de la police en 2009. La liste va du 27 avril (date de l’affaire Evsioukov) au 31 décembre, et presque tous les jours en Russie un policier se retrouve à l’origine d’un acte répréhensible : passage à tabac, meurtre, extorsion de fonds, incendies, vols, ...

Par exemple, sur le mois d’avril 2009, on peut lire :
27 avril : Un policier moscovite a provoqué un bain de sang dans un supermarché.
28 avril : Un policier de Tchéliabinsk est condamné pour avoir donné un coup entre les jambes d’un commandant de la GIBDD (administration centrale de l’inspection d’État de la sécurité routière).
29 avril : Un policier ivre a étranglé un invalide.
30 avril : Des policiers voulaient noyer un homme, "parce qu’il était chauve".

Dans un article, Novyi Region 2 rapporte les commentaires de blogueurs qui pensent que "l’on peut faire un tel calendrier avec tous les professions : professeurs, journalistes, etc. Il y a des gens, il y a des crimes..."

Cependant, les déclarations de Medvedev cette semaine vont bien dans le sens de Esquire. Il a rappelé qu’en 2009, "43.000 crimes contre le service public, les intérêts du service publics et des collectivités locales ont été mis à jour, dont 15.000 liés à la corruption". Il réclame donc des réformes dans la police russe, qui vont se traduire par des réductions drastiques de personnel au ministère de l’Intérieur, un renforcement de la responsabilisation de chacun au sein du ministère, l’obligation pour les policiers de fournir des renseignements sur leur patrimoine et celui de leurs familles. Mais Dmitri Medvedev est également conscient qu’il faut améliorer la sécurité matérielle et sociale des policiers, notamment en augmentant leurs salaires.

Russie10
Russie11
Russie36
Russie18
Russie05
Russie17
Russie03
Russie22
Russie33
Russie02
Russie24
Russie16