Tous les articles sur le mot clé : Russie

Made in Russia

Par Aurialie le 07.02.2010 à 02h08

Après la fabrique de pelmini et vareniki, voilà un magnifique reportage photo d’une fabrique de valenki, ces grosses bottes typiquement russes en feutre, à Kaliazine (entre Moscou et Iaroslavl).

Selon l’auteur des photos, Igor Alekseev alias Impostors sur LiveJournal, les valenki, chaudes, pratiques et bon marché, sont de nouveaux populaires en Russie.

Et si l’usine n’a pas de problème de commandes, les salariés ne profitent pas de sa prospérité : locaux usés, air mauvais, salaire moyen de 5.000 roubles.

A voir également, un reportage sur une fabrique de jouets en bois.

Source : Impostors.livejournal.com

2010 - Année de la Russie

Par Aurialie le 17.01.2010 à 18h21

Comme vous devez le savoir maintenant, l’année 2010 a été déclarée "Année croisée France-Russie", ce qui doit permettre aux habitants des deux pays de mieux connaître la culture du pays partenaire. Moult manifestations, concerts, rencontres, spectacles russes sont donc prévues en France. L’un des premiers évènements majeurs est le festival RussenKo au Kremlin-Bicêtre du 29 au 31 janvier, où plus de 40 manifestations sont prévues dans l’ensemble de la ville : marché d’artisanat, gastronomie, expositions photos, projections ("Quand passent les cigognes" de Mikhaïl Kalatozov, "La belle et la bête" de Ilina Povolotskaya, ...), pièces de théâtres ("Le Revizor"), conférences et tables-rondes ("Approches de l’histoire du stalinisme en Russie aujourd’hui", "L’image de la Russie en France, hier, aujourd’hui, demain ? Enjeux popolitiques, économiques, diplomatiques et historiques", ...), lectures, show et ateliers de danse, Prix Russophonie ... Pendant 3 jours le Kremlin-Bicêtre va vivre à l’heure russe.

Les manifestations sont également nombreuses dans les domaines de l’éducation, la recherche, le sport. Et comme je ne pourrais pas toutes les indiquer sur mon agenda, voici quelques sites pour ne louper aucune manifestation :

  • CulturesFrance.com, qui ne sortira le site officiel que le 25 janvier.
  • Russiefrance.org, géré par le Centre de Russie pour la science et la culture à Paris, représentation en France de l’Agence fédérale pour la CEI, la diaspora russe à l’étranger et la coopération internationale culturelle et en sciences humaines
  • Sitac-russe.fr, site inter-académique de langue russe en France, qui traite des manifestations liées à l’éducation
  • Infos-russes.com, qui référencera les évènements du programme officiel, mais aussi non-officiel de cette année croisée
  • sports.gouv.fr pour tous les évènements sportifs
  • kinoglaz.fr pour les évènements cinématographiques

Le dessin du jour de S. Elkine

Par Aurialie le 25.11.2009 à 23h16

Le dessin quotidien de Sergueï Elkine est aujourd’hui assez sanglant. Cela n’apparaît pas forcément au premier coup d’œil, mais le blanc (du ciel ? du fond ? du vide ?), le bleu des policiers et le rouge du sang versé forment le drapeau russe. Le tout est entouré d’un liseré noir, le message est assez clair.

Mais s’il faut encore des explications, voilà ce que l’on peut lire dans un commentaire :
- ?? ??????? ???? - ?????. ??? ???????. (sur le fond rouge, c’est le peuple, c’est clair)
- ?? ?????, ????? ????, - ???? ????????. (sur le fond bleu, ça doit être les enfants de Charikov)
- ? ?? ?????? ???? ?????? ??? ??? (et sur le fond blanc ? Le pouvoir ?)

L’expression "enfants de Charikov" m’a interpellée car je ne savais pas qui était ce Charikov. C’est un personnage de la nouvelle Cœur de chien de Milkhaïl Boulgakov, un chien devenu humain, après la transplantation de l’hypophyse et des testicules d’un homme par le professeur Préobrajenski. Le chien/homme apprend à parler, se développe, mais avec les défauts de son donneur d’organes. Alcoolique et voleur, Charikov veut dénoncer le professeur et l’envoyer au goulag, mais une nouvelle opération va le faire redevenir un chien. Charikov serait donc la représentation du prolétaire le plus misérable, sans manière, sans moral, ni éducation. Pour la petite histoire, le donneur d’organes alcoolique et misérable, s’appelle Klime Tchougounkine, dont le nom vient du mot "tchougoun" signifiant "fonte de fer", et "fer" en russe se dit notamment "stal’", mot dont est tiré le surnom de Staline... Rien d’étonnant à ce que cette nouvelle écrite en 1925 n’ait pas été publiée à l’époque (elle était jugée contre-révolutionnaire).

La Russie et l'idée européenne d'A. Tchoubarian

Par Aurialie le 23.11.2009 à 00h42

Il y a plusieurs jours maintenant j’ai fini la lecture de l’essai La Russie et l’idée européenne de l’historien Alexandre Tchoubarian, sorti début octobre. Il retrace l’histoire des relations entre la Russie et l’Europe, de l’antiquité à nos jours. Pour ceux qui connaissent un peu l’histoire russe, ce livre permettra de leur rafraichir la mémoire sur les périodes d’entente et de désamour entre les deux entités, rappelant l’importance du commerce, l’invasion mongole, les guerres, …

La partie que j’ai trouvée la plus intéressante est celle sur la période des Lumières. On connait les philosophes des Lumières européens : Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot, Montesquieu, Voltaire, Emmanuel Kant, John Locke, … Mais par contre il est rarement fait référence des philosophes des Lumières russes, du traité de Vassili Malinovski Réflexions sur la paix et la guerre, des cours et écrits du professeur Sémion Desnitski, des Propositions philosophiques de I. Kozelski, des essais de Pouchkine intitulés Sur la paix éternelle et Libération de l’Europe. Ces auteurs développent les idées civilisatrices russes, l’idée d’unité européenne et d’institutions communes, la volonté d’une paix générale entre les peuples. La Russie y avait un rôle important à jouer, comme le montre cette citation de Pouchkine issue de Sur la paix éternelle : "Une grande mission incombe à la Russie... Ses plaines immenses ont dévoré la force des Mongols et ont arrêté leur invasion aux frontières de l’Europe ; les barbares se sont méfiés de la Russie qu’ils avaient subjuguée sur leurs arrières et sont retournés dans leurs steppes orientales. La civilisation en gestation a été sauvée par la Russie déchirée et brisée. (…) La Russie est rentrée en Europe comme un navire lancé à coups de hache et dans le grondement des canons" (p. 119/120).

Un peu plus loin, après la période napoléonienne, on retrouve l’opposition entre slavophiles et occidentalistes. De cette section, j’ai retenu le passage sur Dostoïevski et la synthèse dans laquelle il voyait l’avenir de la Russie. Alexandre Tchoubarian écrit : "Dostoïevski essayait de formuler sa vision de "notre européisme" qui devait accorder "l’esprit russe populaire", son aspiration à "l’unification de l’humanité", à l’expérience et aux performances européennes. (…) Il réfutait ainsi à la fois ceux qui, en Russie, idéalisait tel ou tel aspect de leur culture et ceux qui, en Occident, écartaient la Russie de l’expérience et des traditions européennes, et ne reconnaissaient pas son rôle dans le développement européen et mondial" (p.176).

Alors "l’européisme russe a-t-il un avenir ?", demande l’auteur en conclusion. Voilà en tout cas sa dernière phrase : "L’européisme et l’axe européen de la Russie ont des chances et des perspectives sur le long terme, si les valeurs communes de la démocratie européenne de la liberté, des droits de l’homme et de la société civile sont assimilées ; ils se réaliseront dans un long et difficile processus, en respectant les valeurs, les traditions historiques et l’héritage spirituel de la Russie" (p.286). Bref, la réponse en quelques mots serait "oui avec de la patience et du respect", mais ce n’est finalement pas la réponse à cette question la plus importante dans ce livre mais bien le processus historique pour y arriver.

Un peu de gastronomie russe

Par Aurialie le 01.11.2009 à 02h34

Depuis 2002, Drugoï tient un blog photos qu’il alimente d’images du monde trouvées dans des journaux, mais aussi de ses propres reportages. Celui que j’ai choisi de présenter aujourd’hui est celui sur l’usine ? ?????? à Samara, où près d’un millier de personnes fabriquent manuellement des pelmeni, vareniki, blini, gâteaux et chocolats. J’aurais plutôt dû dire que c’était mon ventre qui avait choisi ce reportage : voir ces dames façonner à la main cette variété russe des raviolis me donne envie d’en manger une grosse assiette avec une bonne cuillère de smetana (sorte de crème fraiche).

Pour voir le reportage en entier, c’est ici.

La revue de presse (non exhaustive) de Meriem

Par Aurialie le 28.10.2009 à 23h23

Fidèle lectrice et commentatrice de Spoutnitsi, Meriem m’envoie très régulièrement des liens vers des articles sur la Russie. Je les mets souvent sur ma page delicious pour qu’ils apparaissent dans la section Lire ailleurs. Mais hier et aujourd’hui, Meriem m’a envoyé plusieurs liens, dont j’ai eu envie de faire une petite revue de presse, qui, je le précise, est loin d’être exhaustive et représentative des opinions de Meriem.

Fichage - Lu sur Regard sur l’Est "La Russie compte tester le fichage de ses citoyens et immigrés" : Le gouvernement russe étudie activement le programme d’établissement du « gouvernement électronique » ou « e-gouvernement », dont l’un des aspects est l’établissement d’une « carte électronique universelle personnelle » devant remplacer le passeport intérieur, tout en le complétant. Cette carte, qui accumulera les données sur l’état civil, la sécurité sociale, le permis de conduire, les avantages sociaux en tous genres, les diplômes, les données bancaires, etc., est censée simplifier la vie de son utilisateur. (...)

Internet - Lu sur Courrier international "Le Kremlin à la pêche aux blogs" : Inspirées par l’exemple du président Medvedev, qui anime un blog, les autorités russes envisagent d’explorer les innovations de la blogosphère et des réseaux sociaux sur Internet, explique Vedomosti. (...)

Témoignage – Lu sur l’Express "Travailler à Novaïa Gazeta, c’est davantage que du journalisme" : Chroniqueuse judiciaire à Novaïa Gazeta, pour lequel elle couvre le procès de l’ex-oligarque Mikhaïl Khodorovski, qu’elle raconte comme un roman policier, Vera Tchelicheva, 23 ans, décrit l’atmosphère de son journal où, depuis l’année 2000, six collaborateurs ont perdu la vie. Assassinés par des tueurs à gages. (...)

Enquête - Lu sur Courrier international et Kommersant "Piste néonazie dans le meurtre de l’avocat Markelov" : qui a tué l’avocat Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Babourova, du bihebdomadaire d’opposition Novaïa Gazeta, le 19 janvier 2009 au coeur de Moscou ? Mikhaïl Markelov, ancien député et frère de la victime, a mené sa propre enquête. Contrairement aux hypothèses initiales, "ce meurtre n’a rien à voir avec les affaires sur le Caucase dont était chargé mon frère, notamment avec l’affaire Boudanov (...)

Portrait – Lu sur Courrier de Russie "Vitali Ziusko, Moscovite du monde" : Ouvrir les jeunes Russes aux cultures étrangères pour leur apprendre la tolérance et faire bouger la société, un objectif bien ambitieux qui, dans la bouche de Vitali Ziusko, semble pourtant à portée de main. Ou plutôt à portée de clic. Rencontre avec le créateur de KompasGuide, site Internet qui se veut une boussole pour s’orienter dans un Moscou cosmopolite. (...)

Agenda : Lu sur Yahoo news "7ème semaine du cinéma russe à l’Arlequin du 28 octobre au 3 novembre" : Le festival " Regards de Russie ", consacré à la production russe contemporaine, s’installe cette semaine à Paris pour sa septième édition. L’occasion de découvrir un cinéma encore méconnu en Occident, dont la distribution en France reste très limitée. Au-delà des quelques réalisateurs chéris par la critique internationale - Alexandre Sokourov (Le Soleil), Pavel Lounguine (Un nouveau Russe) - on connaît mal le cinéma russe. Cette semaine a pour vocation de faire découvrir le cinéma contemporain au public français à l’Arlequin, anciennement " Cosmos ", salle officielle du cinéma soviétique pendant plus de dix ans. (...) 

Léger - Lu sur le Nouvel Obs et EnglishRussia "Les Russes aiment les belles montres" : Une enquête du quotidien russe Vedomosti révèle que les hauts fonctionnaires de Russie, du maire-adjoint au président, possèdent des montres de luxe, certaines valant des centaines de milliers de dollars. (...)

Et encore merci Meriem pour tous ces liens !

Humour made in Russia

Par Aurialie le 27.10.2009 à 00h03

Merci à Arthur d’avoir indiqué ce lien vers une vidéo de Nacha Russia sous-titrée en français. Le lien était dans un commentaire, il aurait été dommage de ne pas lui donner plus de visibilité.

Dmitri Medvedev : "Russie, en avant !"

Par Aurialie le 11.09.2009 à 16h06

La presse française n’a pas manqué de mentionner le portrait sans concessions de la Russie dressé par Dmitri Medvedev dans Gazeta.ru hier : économie "primitive", "démocratie faible", Caucase "instable", peuple qui boit trop et manque d’initiative (par ici, ici ou ). Il est dommage de constater que sur la très longue intervention du président russe, seuls les points négatifs ont été repris. Il y a beaucoup plus dans cette tribune, on y lit les mots d’un président qui a beaucoup d’espoirs pour son pays, de grandes ambitions, la volonté d’améliorer le sort de ses concitoyens. Morceaux choisis et traduits.

"Récemment j’ai défini cinq vecteurs stratégiques de la modernisation économique de notre pays. Premièrement, nous deviendrons un des pays leaders en terme d’efficacité dans la production, l’acheminement et l’utilisation de l’énergie. Deuxièmement, nous conserverons et élèverons le niveau qualitatif des technologies nucléaires. Troisièmement, les spécialistes russes perfectionneront les technologies de l’information, obtiendront une influence sérieuse dans les processus de développement des réseaux mondiaux d’informations accessibles à tous, en utilisant de super-ordinateurs et d’autres bases matérielles nécessaires. Quatrièmement, nous disposerons de notre propre infrastructure terrestre et spatiale de transmission d’informations ; nos satellites "verront" le monde entier, aideront nos citoyens et les gens de tous les pays à communiquer, voyager, faire de la recherche scientifiques, gérer la production agricole et industrielle. Cinquièmement, la Russie sera en première ligne dans la production d’équipements médicaux, de médicaments pour le traitement des maladies virales, cardio-vasculaires, neurologiques, contre les cancers." [Pour autant l’industrie agro-alimentaire et l’industrie des armes ne sont pas oubliées et continueront à être développées.]

"Les tendances négatives de la démographie doivent être ralenties et arrêtées. L’augmentation de la qualité de l’assistance médicale, la stimulation de la natalité, la sécurité sur les routes et dans la production, la lutte contre la pandémie de l’alcoolisme, le développement de la culture physique et du sport doivent devenir des actions stratégiques et quotidiennes de l’État."

"Je considère le développement technologique comme une tâche publique et étatique prioritaire parce que le progrès scientifique et technologique est indissolublement lié au progrès des systèmes politiques."

"La diffusion de technologies de l’information modernes, auxquelles nous contribuerons par tous les moyens, nous donne des possibilités sans précédent pour pratiquer les libertés politiques fondamentales, comme la liberté de parole et de réunion ; pour révéler et liquider les foyers de corruption ; pour accéder à n’importe quels événements ; pour échanger directement ses opinions et ses connaissances. La société devient ouverte et transparente, comme jamais. Même si cela ne plaît pas à la classe dirigeante."

"Le système politique de la Russie sera aussi singulièrement ouvert, souple et intérieurement complexe. Il sera en adéquation avec une structure sociale dynamique, mobile, transparente et multidimensionnelle. Il répondra à la culture politique des gens libres, aisés, pensant de façon critique, sûrs d’eux. Le système politique se renouvellera et se perfectionnera par une compétition libre des mouvements politiques. Cette année nous avons commencé ce mouvement vers la création d’un tel système politique. Les formations politiques ont reçu des possibilités supplémentaires d’influencer la formation du pouvoir exécutif dans les sujets de la fédération et les municipalités."

"Nous augmenterons l’efficacité de la sphère sociale, en accordant une meilleure attention à la sécurité matérielle et médicale des vétérans et des retraités. La modernisation de la démocratie russe, la formation d’une nouvelle économie sont possible seulement dans le cas où nous nous servirons des ressources intellectuelles de la société postindustrielle."

"La démocratie a besoin de protection. Comme ont besoin d’être protégés les principaux droits et les libertés de nos citoyens, et principalement de la corruption qui engendre l’arbitraire, la non-liberté et l’injustice."

"Nous avons beaucoup de problèmes communs, dont certains sont absolument prioritaires et concernent chaque habitant de la Terre, comme la non-prolifération de l’arme nucléaire et la réduction du risque des changements climatiques. Nous devons savoir intéresser nos partenaires, les entraîner vers une activité commune. Et si pour cela il faut changer soi-même, refuser les préjugés et les illusions – il faudra faire ainsi."

"Nous ferons tout ce qui est possible pour normaliser la vie des gens du Caucase russe. Les programmes économiques et humanitaires pour le sud du pays seront reconsidérés et concrétisés prochainement."

"La démocratie russe ne va pas copier mécaniquement les modèles étrangers. La société civile ne va pas être achetée par les subventions étrangères. La culture politique ne va pas simplement imiter les coutumes politiques des sociétés avancées. On ne peut pas importer un système judiciaire efficace. Mais sans aucun doute, nous apprendrons des autres peuples. Nous emprunterons leur expérience, prendrons en considération leurs succès et leurs erreurs dans le développement des institutions démocratiques. Mais personne ne vivra notre vie pour nous. Personne ne deviendra pour nous libre, responsable, personne ne réussira pour nous. Seulement notre propre expérience de la construction démocratique nous donnera le droit d’affirmer : nous sommes libres, nous sommes responsables, nous avons réussi."

Malheureusement on ne peut pas traduire tout ce qu’a écrit Medvedev, c’est beaucoup trop long. Mais j’ai souhaité terminer par cette citation, qui se trouve au milieu de la lettre, car je la trouve très forte, très belle. Et honnêtement, on ne peut que lui souhaiter de réussir.

Source : Gazeta.ru et Sergueï Elkin pour le dessin (traduction : "C’est simple, la politique intérieure, elle est à l’intérieur, la politique extérieure, à l’extérieur")

Répenser la ville russe post-socialiste

Par Aurialie le 28.07.2009 à 23h37

Depuis le mois d’avril, Future Faculty (plateforme interdisciplinaire de recherches et de design initiée par des étudiants), la Biennale internationale d’architecture de Rotterdam et les Facultés d’Architecture et de Design industrial de l’Université de technologie de Delft ont lancé un intéressant projet collaboratif ayant pour sujet : interventions micro-urbanistiques dans la ville russe post-socialiste.

Dans ce projet, étudiants et professionnels travaillent ensemble pour explorer l’environnement russe dans les blocs d’habitation pré-fabriqués. Les conflits, les possibilités à l’intérieur des espaces collaboratifs, les solutions pour améliorer la qualité de vie ont été les principaux sujets des tables-rondes, ateliers et discussions qui ont eu lieu entre avril et juillet 2009 aux Pays-Bas et en Russie. La phase finale du projet se tiendra à la Biennale d’architecture de Rotterdam en septembre ; un débat ouvert et un atelier permettront de réfléchir, repenser, critiquer l’expérience acquise et d’ouvrir la discussion sur les futurs développements, les applications possibles, les collaborations potentielles. Un blog permet de suivre l’évolution du projet.

Ce type de projet mêlant étudiants, chercheurs, designers, entrepreneurs, est de plus en plus utilisé en Europe (France, Royaume-Uni, Pays-Bas, …) et un bon moyen pour envisager les problèmes par un prisme différent de celui des collectivités ou grosses entreprises. Future Faculty pourrait ensuite se pencher sur les cités dortoirs françaises.

Source : Flickr Future Faculty

L'Union des cinéastes russes scénarise sa succession

Par Aurialie le 01.06.2009 à 23h57

Les détracteurs du réalisateur Nikita Mikhalkov, actuel dirigeant de l’Union des cinéastes russes, n’ont pas dit leur dernier mot. Après avoir élu Marlen Khoutsiev représentant des cinéastes en décembre dernier, critiqué les abus financiers et l’autoritarisme de Mikhalkov à la tête de l’institution depuis 1997, porté plainte contre sa réélection, une vingtaine de réalisateurs et membres de l’Union ont publié une lettre ouverte pour que les professionnels de la profession "prennent conscience de tout l’aspect dramatique de la situation". Ils estiment que Milkhalkov s’est accaparé le pouvoir et a transformé une union de personnes libres en entreprise privé personnelle.

Si Mikhalkov ne souhaitait pas se présenter à un nouveau mandat de l’Union des cinéastes russes, il avait une idée du nom de son successeur : Mikhaïl Poretchenkov. Mais l’imbroglio dans la succession a eu lieu quand 158 réalisateurs (sur 450) se sont réunis pour dresser un bilan (négatif) de l’action de Mikhalkov, que 49 ont élu Khoustiev (donc très loin de la majorité requise), que Mikhalkov a décidé de se défendre, pour finalement être réélu en mars 2009. La justice a rejeté l’élection de Khoustiev, la majorité n’étant pas atteinte, mais un 2e procès va débuter le 10 juin. Si cette histoire n’est pas sûre de faire un bon scénario de film, le suspense sur le nom final du dirigeant de l’Union des cinéastes de Russie reste entier pour le moment.

Des chiffres, des chiffres, des chiffres

Par Aurialie le 25.05.2009 à 00h49

Un petit débat a débuté dans les commentaires sur la démographie en Russie. Sur certains blogs russes est justement apparu aujourd’hui un lien vers les statistiques du Demoscope, la version électronique du bulletin Population et société édité par l’Institut en démographie de l’Université d’Etat de la Haute école en économie de Moscou, qui a sorti un compteur de la population russe. A l’heure actuelle, la Russie compte 141.819.239 personnes, 120 enfants sont nés depuis le début de la journée, 147 personnes sont mortes. Pour arriver à ces chiffres, les démographes de l’Institut se basent sur les statistiques de l’Institut nationale des statistiques de la Fédération de Russie sur 10 mois de l’année 2008. Ainsi, il est estimé que tous les 18 secondes un enfant nait et tous les 15 secondes une personne meurt.

Le Demoscope propose d’autres chiffres sur la population russe : par exemple, dans l’ordre, la population active de la Fédération de Russie diminue tous les an d’un million de personnes, la mortalité infantile diminue en Russie, la majorité des Russes sont prêts à participer au recensement en 2010, …

Autre statistique trouvé sur slon.ru, un journal sur l’actualité économique : la quantité des réserves de pétrole disponible en Russie. A cette heure, il reste 2 ans, 2 mois, 22 jours, 12 heures et 2 minutes de pétrole, avec 79.215.158.937 barils.

Source image : rosadoc.be

Audit sur la pollution en Russie

Par Aurialie le 24.05.2009 à 04h09

Un audit sur l’efficacité de la protection de l’environnement en Russie en 2005-2007, examiné récemment par le collège de la Cour des Comptes de la Fédération de Russie, a révélé que la situation écologique d’environ un sixième du territoire du pays, sur lequel vivent plus de 60 millions de personnes, était mauvais. Cela se traduit par une pollution de l’air, de l’eau, des forêts, une réduction du nombre des espèces biologiques, des problèmes liés à la pollution radioactive et des changements climatiques.

Et la raison principale de cet état sont les déchets industriels : chaque année en Russie 75 millions de tonnes de déchets dangereux sont produits, et seulement 18 % sont exploités. Fin 2007, la surface de la terre polluée par les métaux lourds et le fluor a atteint 3,6 millions d’hectares, dont 253.000 sont pollués à un niveau critique. Selon un expert de Greenpeace Russie, Ivan Blokov, ce résultat est dû aux actions irréfléchies des autorités russes : "le changement constant du système de subordination, la structure interne des organismes de protection de l’environnement ont fait que le contrôle technique est presque impossible maintenant." Pour lui, un changement de législation est indispensable. "Une des plus grandes entreprises de Russie -Norilsk Nickel- a causé en 2007 un préjudice écologique estimé à au moins 2,5 milliards de roubles. Cependant, le système législatif existant en Russie ne permet pas de sanctionner ce type de préjudice. (…) Sans reconstitution du système de contrôle de protection de la nature on ne réussira pas à améliorer la situation dans le pays."

Sergueï Mitrokhin confirme que les fonctions de contrôle écologique sont dispersées dans différents départements, notamment aux niveaux régionaux et municipaux, qui ne sont souvent pas très intéressés par le respect des normes. Selon le député, "le Ministère des Ressources naturelles, qui doit élaborer les règlements correspondants, au fond, n’est pas intéressé, parce qu’il s’occupe plus de la mise en valeur de ces ressources naturelles, que de la protection écologique." De l’avis des membres du collège, même le montant maximum des amendes pour pollution de l’environnement est incomparable par rapport aux coûts de la protection de l’environnement et insuffisant pour inciter les entreprises à introduire des systèmes purificateurs.

Mais malheureusement la situation en France n’est guère mieux, comme le montre la carte officielle de la pollution

Source : Newsru.com
Photo : Norilsk Nickel, Siku news

Eurovision 2009, l'année des records

Par Aurialie le 18.05.2009 à 23h36

La Russie a de quoi être fière, l’organisation de l’Eurovision à Moscou a été un succès. Le président de ce concours a déclaré que la prestation de la Russie "donnait un nouveau standard de qualité à l’industrie du divertissement". La soirée organisée par la Russie a battu de nombreux record en étant la plus imposante de toute l’histoire de l’Eurovision en terme de taille de la salle et de quantité des participants et du matériel utilisé. Plus de 10.000 personnes avaient reçu une accréditation, ainsi que 2.300 journalistes de 45 pays.

La finale, les demi-finales et les différents concerts organisés à Moscou ont réuni près de 100.000 spectateurs sur place et des millions de téléspectateurs dans le monde : 5,7 millions en France et plus de 73% des Moscovites, un record ! Enfin, le dernier chiffre impressionnant est le nombre de points marqués par le vainqueur, Alexandr Rybak (représentant de la Norvège, né à Minsk) : avec 387 points, il a écrasé le précédent record, celui de Lordi en 2006 et ses 292 points. La Russie voulait en imposer, pari réussi !

Source photo : Lenta.ru

Un peu de sérénité

Par Aurialie le 14.05.2009 à 00h53

Cette photo, prise dans l’Altaï près de Tchouï-Ozy (???- ???), n’est pas une pièce de musée mais un véritable "poteau à attacher les chevaux" (en un seul mot en russe " ????????").

C’est bien mieux qu’un reportage sur la famine en Ukraine en 1932/1933...
Pour plus d’info sur ce reportage, que le gouvernement russe n’a pas beaucoup apprécié, et une traduction de certains passages, je vous conseille la lecture de ce forum.

Source photo : geo-petrovitch.livejournal.com

Le Jour de la Victoire dans les blogs

Par Aurialie le 11.05.2009 à 03h31

Les commémorations de la fin de la 2e guerre mondiale se sont déroulées ce samedi en Russie (vendredi en France et dans d’autres pays), défilés et parade militaire étaient au programme des festivités. Svobodanews a fait une revue de blogs sur cette journée de la Victoire. Le thème le plus populaire a été celui de la version colorisée de la série Les 17 moments du printemps et de son personnage principal Stirlitz. Et en effet, on trouve des dizaines d’articles (ici et par exemple) sur les raisons de cette nouvelle version, son (in)utilité, les nécessités, ... de cette série racontant les aventures d’un espion soviétique, travaillant pour les intérêts de l’URSS alors qu’il sert dans l’armée nazie.

Autre thème : le ruban de Saint-Georges qui reprend les couleurs de l’ordre militaire russe de Saint-Georges, l’orange rayé de trois bandes noires. Ce ruban, distribué en Russie et ailleurs dans le monde (même en France), symbolise "la mémoire de la Victoire dans la Grande guerre patriotique et la reconnaissance éternelle aux vétérans et anciens combattants russes qui ont délivré le monde du fascisme". Mais selon de nombreux bloggeurs russes, dans les rues de Moscou, peu de personnes portaient ce ruban ce 9 mai, car il était aussi moins distribué que les années précédentes. Le jeu était plutôt de prendre des photos de gens portant ce ruban de façon insolite.

Enfin le dernier thème abordé est plus historique : il s’agit des énormes pertes de l’Union soviétique pendant la 2e guerre mondiale. Certains pensent qu’il faut enlever tout le pathos et se rappeler que la guerre est une grande tragédie. D’autres rajoutent que la guerre a permis de survivre au régime stalinien et que jusqu’à présent, la guerre a été le moyen d’étouffer la conscience du peuple.

De mon côté, plusieurs choses m’étonnent dans les commémorations de la fin de la 2e guerre mondiale :

  • l’intérêt que ces commémorations suscitent en Russie (je n’ai pas fait le tour des blogs français, mais les médias français alternatifs ne se font pas tellement l’écho des commémorations en France)
  • la glorification de Staline dans les défilés, principalement du Parti communiste de la Fédération de Russie (comment oublier les millions de victimes des Grandes purges des années 30...)
  • ces photos de Sergueï Larenkov (illustrant l’article) mélangeant le Saint-Pétersbourg actuel au Leningrad en plein blocus, le rendu est remarquable et saisissant.

Source photos : Sergueï Larenkov

Russie37
Russie25
Russie29
Russie15
Russie22
Russie14
Russie21
Russie06
Russie24
Russie32
Russie35
Russie13