Tous les articles sur le mot clé : Saint Pétersbourg

"Saint Pétersbourg, bonjour" ... ou pas

TESAMIE/ ?? ????? sont deux garçons - Esta et Jack - qui n’appartiennent à aucune organisation politique ou autre. Tous les matins, ils vont dans une station du métro de Saint Pétersbourg en costume, chapeau et masque vintages, et tiennent un panneau brillant portant un message positif : "Bonjour", "Aux gens de la terre, paix et amour", "Oublie la tristesse, sois heureux", "Houra, c’est vendredi", ect. Ils font cela sur le temps libre, indiquent leur emploi du temps sur leur site, y publient également quelques photos. A la question "pourquoi ils font cela ?", ils répondent : "C’est notre relation à la vie et nous pouvons faire cela simplement ! Soyez plus gentils les uns avec les autres. Soyez plus humains avec votre entourage."

Les réactions à ces messages du matin sont diverses : certains les adorent, certaines donnent aux garçons des bonbons ou des cartes postales, et d’autres ne comprennent pas ces actions, trop simples pour être honnêtes. Le commandant de la station de métro Ladojskaïa a demandé qu’ils obtiennent une autorisation pour faire cela et même comparé cette action à celle des Pussy Riot... Cela peut sembler un peu exagéré, voire absurde, les garçons seront tout de même lundi station ??????? ????????? (Place Vosstaniïa) entre 8h30 et 9h45.

Source image : Tesamie

Bougies de glace pour œuvre écolo

Par Aurialie le 19.02.2012 à 01h27

En passant près du pont Vert, qui enjambe la Moïka à Saint-Pétersbourg, ses habitants et les touristes ont pu admirer cette jolie œuvre éphémère de l’artiste français Marc Ahr, composée de 50 bougies.

Au sujet de cette œuvre, qu’il a déjà exposée, il a déclaré : "Je veux attirer l’attention des habitants de notre planète sur la beauté de l’hiver russe, sur le froid de l’hiver russe ! Cette beauté est fragile et, malheureusement, elle n’est pas éternelle, comme cette bougie de glace. Si nous ne ménageons pas notre nature, sa beauté fondra comme la glace, et bientôt il n’y aura plus d’hiver et nos chers canaux ne se couvriront plus de glace. Les glaces arctiques fondront de plus en plus, et avec elles disparaîtra le symbole de la Russie et de l’hiver russe : l’ours blanc..."

D’autres photos sont visibles sur le blog de N_em_o

Marquer d'une croix rose

Par Aurialie le 01.11.2011 à 00h04

Partant du principe que le silence tue, les féministes de Saint-Pétersbourg et le groupe Zoa-Art ont décidé d’indiquer par une croix rose les endroits où des violences ont eu lieu contre les femmes (meurtres ou viols), afin d’attirer l’attention sur les problèmes des violences sexuelles. L’idée de la croix rose vient des pays d’Amérique latine, comme le montre ce reportage photo.

Zoa-Art a utilisé ces photos de Deb0la pour créer un tract pour la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.

Dans le même ordre d’idée, les féministes ukrainiennes Femen ont manifesté aujourd’hui, en France, devant le domicile de Dominique Strauss-Kahn, pour dénoncer "l’impunité des violeurs de haut rang", "l’hypocrisie et la luxure de l’"élite" politique masculine".

Source photo : Deb0la

Sauvons le Baïkal

Oulan-Oudé et Saint Pétersbourg hier, Moscou et Petrozavodsk aujourd’hui, des appels à la mobilisation pour sauver le Baïkal sont lancés dans de multiples villes de Russie. Depuis la réouverture d’une usine de cellulose sur les berges du lac, les protestations se font entendre dans la rue, sur le web (pétition sur SaveBaikal.ru, pétition d’un biologiste russe travaillant aux Etats-Unis) et même dans les urnes : le communiste Viktor Kondrachov a largement gagné l’élection municipale d’Irkoutsk, face au candidat de Russie unie.

Entre 200 et 800 personnes étaient présentes à la manifestation de Saint Pétersbourg. Outre les concerts, une collecte de papier toilette a été organisée dans le but de le transmettre à Vladimir Poutine, signataire de l’arrêté autorisant la réouverture de l’usine de pâte à papier et de cellulose à Baïkalsk, au bord du lac Baïkal.

Parallèlement, près de 700 personnes ont manifesté à Baïkalsk pour soutenir la décision de la réouverture de l’usine de cellulose car elle garantit environ 1.600 emplois.

Source photos : na6ludatelb

Contre l'Okhta-centre

On accuse souvent Pervyi kanal d’être affilié au pouvoir et de ne pas traiter certains sujets gênants pour le gouvernement (problèmes sociaux, guerre en Tchétchénie, opposition politique, …). Mais aujourd’hui, c’est bien la première chaine russe qui a diffusé un reportage négatif sur la construction de la future tour Gazprom (Okhta-centre) dans le centre de Saint-Pétersbourg. Le projet de gratte-ciel est pourtant approuvé par le gouverneur de la ville, membre du parti Russie unie, Valentina Matvienko. Un reportage sur ce sujet a d’ailleurs été diffusé quelques heures plus tard sur la chaine NTV qui appartient à … Gazprom-media.

Source : LiveJournal Save-spb

Saint-Pétersbourg défiguré par Gazprom ?

La grande compagnie gazière Gazprom a l’ambition de construire l’Okhta centre, un important centre d’affaires sur les rives de la Néva, face à cathédrale Smolny à Saint-Pétersbourg, dans lequel se trouvera son siège social, une tour de 396m. A titre de comparaison, la tour Eiffel, avec son antenne, mesure 324m. Des voix s’élèvent à Saint-Pétersourg, mais aussi à l’Unesco, contre ce projet rompant l’harmonie architecturale de la ville et allant à l’encontre de la sauvegarde du centre historique.

Une pétition en ligne a donc été créée contre la construction de la tour Gazprom et rappelle les différentes violations du groupe en terme de respect des normes architecturales. Selon une loi de 2009, dans la zone où la tour sera construite, la hauteur maximale est fixée à 100m si la tour se trouve à l’intérieur de la zone et à 48m si elle se trouve à la limite de la zone. Et il n’est pas possible d’augmenter la taille d’un bâtiment par voie législative, ni de créer une commission civile officielle sans motif juste. Ce type de commission est organisé par la Commission d’exploitation du sol et de construction de Saint-Pétersbourg, et non pas par l’administration de la région.

Par ailleurs, la loi sur les zones de protection, entrée en vigueur le 15 mars 2009, inflige des restrictions à la construction encore plus rigides sur le territoire du quartier d’affaires de l’Okhta-centre. Selon elle, les bâtiments construits sur cette zone ne doivent pas être visibles des espaces municipaux ouverts, ne doivent pas excéder la hauteur des façades de la rue (dans le cas présent, 48 mètres), ne doivent pas dépasser les bâtiments municipaux dominants existants (par exemple, la cathédrale Smolny qui se trouve en face du chantier). La tour déformera donc inévitablement le panorama, protégé par la loi du centre historique de Saint-Pétersbourg. Et ceci est prouvé par des expertises indépendantes et des photomontages (dont un illustre le présent article).

Le groupe gazier ne respecte donc pas les lois ou règles votées récemment. Le projet semble toutefois soutenu par le gouverneur de la ville, Valentina Matvienko, sûrement plus intéressée par les entrées fiscales que par l’harmonie architecturale.

Une commission sur la hauteur de la tour s’est tout de même ouverte le 1er septembre pour 7 jours, il était donc important d’apposer sa signature sur la pétition et de faire entendre sa voix la semaine dernière. Résultat de la commission dans les jours à venir certainement.

Photo : Photomontage de la tour Gazprom à côté de la cathédrale Smolny (source Bashne.net)

Apocalypse now

Par Aurialie le 11.06.2009 à 00h00

Tel est le nom donné par Blogik à cette jolie photo, qui a un côté "fin du monde".

Apocalypse ou pas, les cours du pétrole remontent, et ça c’est une bonne nouvelle pour l’économie russe !

Des artistes se mobilisent contre l'arbitraire

Par Aurialie le 06.06.2009 à 01h21

Voilà 9 jours que des artistes de Saint-Pétersbourg se sont mis en grève de la faim et tous les matins le directeur adjoint du Comité pour les questions de légalité, de droit et de sécurité, N.V. Stroumentov, passe les voir. Ce monsieur est notamment responsable de l’arrestation, illégale pour les artistes, de participants du défilé StreetParty du 1er mai. Mais d’autres forces de l’ordre viennent rendre visite aux grévistes, non pas pour prendre de leurs nouvelles, mais pour leur demander leurs papiers d’identité ou l’autorisation de faire ainsi une grève de la faim.

Pour rappel, cette action a débuté suite à l’incarcération de l’artiste Artiom Loskoutov (dont j’ai déjà parlé ici et ). Les artistes grévistes exigent des autorités fédérales la cessation des poursuites, mais aussi la création d’une commission publique de contrôle de l’activité du Centre de lutte contre l’extrémisme. Enfin, ils demandent aux autorités de Saint-Pétersbourg d’ouvrir une enquête pour arrestation illégale de participants lors d’une procession légitime (la StreetParty du 1e mai).

En illustration, vous voyez des tableaux peints lors de la grève de la faim. Tout le monde est invité à le rejoindre et à les soutenir.

Le chiffre du jour : 4

C’est le nombre de personnes arrêtées, non pas lors des célébrations du 1er mai, mais lors d’une manifestation contre l’interdiction des rassemblements publiques à Saint Pétersbourg ce dimanche. Trois sont membres du mouvement Solidarnost, un du parti Iabloko.

Selon les organisateurs, ce type de manifestation publique se déroule chaque semaine à Saint Pétersbourg. Ils demandent l’autorisation à la la mairie de manifester, mais celle-ci refuse toujours de la leur donner (Cette fois-ci, la raison pour laquelle la mairie n’a pas autorisé l’action de protestation était la présence d’un passage sous-terrain à l’endroit où devait se tenir les opposants et la tenue d’actions antiterroristes). Les activistes viennent tout de même, les policiers également.

Source : Lenta.ru

Deux semaines contre les discriminations

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination des discriminations raciales, commémorée annuellement le 21 mars depuis 1966, la coalition pétersbourgeoise Ksenofobii.net va organiser une vingtaine de manifestations, forums de discussions, présentations de films contre le nationalisme, l’intolérance, et l’homophobie. Les 1ers événements ont eu lieu dimanche 15 mars sur la place Vladimirskaïa : théâtre de rue contre l’homophobie et action "De la nourriture à la place des bombes".

Vous pouvez participer aux différentes manifestations jusqu’au 29 mars (programme sur le blog de Ksenofobii.net)

Source photo : piter.indymedia

(Pas vraiment) d'accord avec le gouvernement

Un peu comme les fausses manifestations de droite en France, une quarantaine de membres de mouvements antifascistes et du groupe Era ont organisé une parodie de marche de ceux qui sont d’accord à Saint Pétersbourg. En tenant des pancartes où étaient écrits "Oui à la journée de travail de 12h", "Oui à la hausse des prix !", "La vie est devenue meilleure, la vie est devenue plus joyeuse !", ou en portant de grosses croix avec le mot "crise", les manifestants ont voulu pousser à l’absurde les slogans progouvernemantaux utilisés par les mouvements de soutien au pouvoir.

A l’issue de cette manifestation, autorisée par les autorités locales, 4 personnes ont été arrêtées par la police : 3 pour outrage au drapeau car ils tenaient un étandard russe sur lequel il était écrit "Nous sommes d’accord avec tout !" (" ?? ???????? ?? ???!"), un autre pour une raison inconnue. Des vidéos de cette action sont visibles sur le blog de Volokhonsky.

Source image : Live journal DSPA, mouvement d’opposition Piotr Alekseiev.

Petit interlude de musique expérimentale

Par Aurialie le 21.01.2009 à 00h56

Lors du dernier jour du CYBERFEST, qui s’est tenu il y a plus d’un mois à Saint-Pétersbourg, Dmitri Choubin a fait une petite démonstration de thérémine (ou thereminvox), instrument inventé par Lev Sergueïevitch Termen en 1919. J’avais déjà une chronique sur cette étrange instrument il y a 2 ans, je le trouve toujours aussi fascinant aujourd’hui.

Pour découvrir toutes les bizarreries du Cyberfest, allez faire un tour sur leur blog.

Un nouvel indice du climat d'oppression de la société civile

C’est en tout cas ce que pense l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International de la perquisition menée jeudi dans les locaux de l’ONG russe Memorial à Saint-Pétersbourg. Des policiers masqués et armés ont confisqué les disques durs des ordinateurs, contenant les résultats de 20 ans d’enquête historiques sur les répressions staliniennes et le travail du critique d’art Alexandre Margolis, connu pour défendre l’architecture de la ville.

Cette perquisition aurait pour origine la publication d’un article jugé extrémiste dans le journal Novyi Peterbourg. Or, Memorial ne sait rien sur la rédaction du papier, ni sur l’hebdomadaire. Cela ressemble donc un faux prétexte. Iouli Rybakov, membre de cette organisation de défense des droits de l’homme, a ainsi déclaré à l’AFP : "la perquisition est à mon avis une simple vengeance de la part de l’ex-KGB après la projection il y a deux semaines dans nos murs du film d’Andreï Nekrassov "L’Emeute. L’Affaire Litvinenko".(...) Pour le pouvoir, l’affaire Litvinenko [l’ex-agent russe empoisonné au polonium en 2006 à Londres] est un sujet délicat. Memorial a osé montrer ce film et voilà leur réponse", a-t-il ajouté.

Selon Amnesty International, il y a eu des violations du Code de procédure pénal russe pendant la perquisition car aucune liste des objets saisis et du contenu des disques durs n’a été dressée et l’avocat n’a pas été autorisé à être sur place, ni aucun autre témoin.

"C’est la première fois que les forces de l’ordre nous touchent aussi fort. Même en Tchétchénie et dans l’Ingouchie voisine, on n’a pas vu d’actions du type de celle de jeudi à Saint-Pétersbourg", a déclaré à l’AFP Alexandre Tcherkasov, un des responsables de Memorial à Moscou.

Source : Droits de l’homme en Russie et le Monde

Le chiffre du jour : 35.000

Par Aurialie le 03.11.2008 à 23h59

Selon les données officielles de Saint-Pétersbourg, le nombre de personnes malades de l’alcoolisme serait de 35.000 (sur une population totale de près de 4,5 millions), soit une baisse de moitié en 5 ans. Mais le chef adjoint de l’hôpital de toxicologie de la ville, Victor Grigoriev, admet qu’il y en aurait 5 à 6 fois plus.

En un an, cet hôpital a vu 5.000 personnes : 2.000 sont mortes, 2.000 ont cessé de suivre un traitement et seulement 450 sont en rémission (soit 9%). L’alcoolisme touche également les jeunes : sur 100.000 personnes, 323 adolescents de 15 à 17 ans souffriraient de dépendance à l’alcool et un peu plus de 60 adultes.
Question : quelles sont les chiffres réels ?

Source : Lenta.ru

Les sourds-muets aussi en voulaient à Staline

Les affaires absurdes ne manquaient pas dans les années 30 en URSS, mais celle du complot terroriste fasciste des sourds-muets est totalement insensée. En 1937 à Saint-Pétersbourg, un sourd-muet, accusé de participer à un meeting antisoviétique, est arrêté et fusillé. S’en suivent alors des arrestations de masse, notamment parmi les personnes malentendantes. Cinquante cinq personnes sourdes-muettes ont été arrêtées : le 24 décembre 1937, 25 hommes et 10 femmes ont été fusillés, les 20 autres ont été condamnés à 10 d’enfermement.

En leur mémoire, un monument a été inauguré aujourd’hui au cimetière commémoratif de Levachovo de Saint-Pétersbourg, où l’on trouve déjà le Moloch du totalitarisme, le monument en l’honneur des Ukrainiens, victimes de répressions politiques, le monument aux Allemands de Russie, la pierre du souvenir, ... Levachovo est l’un des nombreux lieux où ont été découverts, depuis 1989, des fosses communes dans lesquelles les victimes de la phase de terreur stalinienne des années 37-38 furent jetées en masse.

Image : NTV

Russie37
Russie40
Russie28
Russie45
Russie18
Russie31
Russie02
Russie35
Russie32
Russie39
Russie21
Russie26