Tous les articles sur le mot clé : agenda

19/01, 19h01, RDV contre le nazisme

Par Aurialie le 18.01.2012 à 23h27

Comme l’année dernière, le Comité du 19 Janvier se réunira demain à 19h au 10 boulevard Nikitski (Moscou), pour manifester contre le nazisme, sous le slogan "Démocratie et nazisme sont incompatibles", et en mémoire d’Anastacia Babourova et de Stanislas Markelov, assassinés il y a 3 ans.

La journée commencera à 12h par une conférence de presse et se poursuivra à 13h30 par un dépôt de fleurs, métro Kropotkinskaïa, endroit où la journaliste et de l’avocat ont été abattus.

Des actions similaires auront lieu dans 21 autres villes, en Russie et à l’étranger. Paris est annoncé dans les villes organisant une action, mais je n’ai pas trouvé le lieu du rassemblement. La manifeste du comité du 19 janvier est par contre en français à cette adresse.

Russenko, le festival russophone kremlinois

Par Aurialie le 16.01.2012 à 19h48

S’il y a bien une ville en France qui pouvait accueillir un festival sur la culture russophone, c’est bien le Kremlin-Bicêtre (pour la petite histoire, le mot "Kremlin" vient d’un cabaret appelé "Au sergent du Kremlin" situé à proximité de l’hôpital de Bicêtre, où étaient soignés des vétérans de la campagne de Russie napoléonienne et autour duquel une petite agglomération se développa progressivement, à partir de 1830). Organisé depuis 2010, le festival Russenko présente pendant 3 jours des artistes contemporains dans différents domaines : cinéma, littérature, photos, musique, installations artistiques, ... il y en a vraiment pour tous les goûts.

A voir, entre autres, l’exposition Génération P, du nom du célèbre roman de Viktor Pelevine, montrant les œuvres de 10 artistes ayant grandi en Russie dans les années 90, "durant cette période pleine de contrastes, comprise entre les fantômes d’une histoire révolue et les impératifs d’une civilisation consumériste". On peut y voir des vidéos, photographies, dessins, ... et notamment les deux œuvres illustrant cet article : à gauche, un dessin d’Alexeï Kallima et à droite, une installation de Valery Chtak.

Le festival aborde également des questions sérieuses, notamment par le biais de table-ronde, telle que "Le Caucase, talon d’Achille de la Russie ??"

A voir et à entendre du 27 au 29 janvier, au Kremlin-Bicêtre.

Source image : Russenko

Trilogie Svetlana Alexievitch à Ivry

Par Aurialie le 17.03.2010 à 00h04

Si vous ne connaissez pas Svetlana Alexievitch, le Théâtre des Quartiers d’Ivry vous permet pendant encore 10 jours de la découvrir par le biais de 3 de ses pièces montées par deux metteurs en scène français.

Svetlana Alexievitch est un auteur et journaliste biélorusse qui a interviewé de nombreuses personnes, témoins des traumatismes de l’histoire soviétique et russe : guerre en Afghanistan, seconde guerre mondiale, goulag, chute de l’Union soviétique, catastrophe de Tchernobyl, … Elle a notamment déclaré : "Si vous revenez sur notre histoire, à la fois soviétique et post-soviétique, c’est une énorme tombe, un bain de sang. Un dialogue éternel des bourreaux et des victimes." Mais aussi : "Nous n’avons pas d’autre choix. Soit nous ferons preuve de courage et apprendrons toute la vérité sur nous mêmes, soit nous resterons à croupir dans les oubliettes de l’Histoire."

Ses ouvrages sont ainsi décrits comme une chronique littéraire de l’histoire émotionnelle des personnes ayant vécu à ces deux époques, et ont été récompensés par de nombreux prix internationaux. Ivry propose donc trois des ses oeuvres : La Guerre n’a pas un visage de femme (où la parole est donnée aux jeunes filles, engagées volontaires dans l’Armée Rouge pendant la guerre de 1939-1945), Ensorcelés par la mort (recueil de témoignages de ceux et celles qui n’ont pas voulu survivre, moralement ou physiquement, à l’effondrement du communisme) et Les Cercueils de zinc (témoignages sur la guerre en Afghanistan de 1979-1989).

Moscovite métro-fiesta le 14 mars

Par Aurialie le 17.02.2010 à 00h04

Le 14 mars 2010, ça va être la fête dans le métro moscovite, avec l’organisation d’un grand jeu d’orientation, appelé " ??????????". Beaucoup de monde est attendu pour cet évènement dont l’enregistrement des participants se fait en ligne, via Vkontakte, le Facebook russe. Recherches des "folles légendes du métro de Moscou" et analyse des habitudes de lecture des passagers sont deux des activités prévues.

Le service presse du métro moscovite n’est pas au courant de l’organisation de cette journée, mais ne voit pas d’inconvénient à sa tenue, si elle ne va pas à l’encontre des règles du métro.

Source : Vous avez forcément reconnu le style de Sergueï Elkine, dessin publié sur Ria Novosti.
Légende : "1, 2, 3, 4, 5... je vais dans le métro [vous] chercher !"

Agenda : "Le Petit Prince" en faveur des jeunes sans-abris de Moscou

Par Aurialie le 03.11.2009 à 00h43

"Qu’est ce que signifie "apprivoiser" ?... 
C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens". 

Cette citation extraite du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry est en exergue sur la page de présentation du Samu social Moskva (version russe de l’association française), créé suite à une rencontre entre Iouri Loujkov et Xavier Emmanuelli. L’ouvrage emblématique de Saint-Exupéry doit avoir une grande signification pour cette association d’aide aux jeunes sans-abris de Moscou, puisque c’est le spectacle qu’elle a choisi de monter et montrer pendant 6 représentations au thèâtre Na Strastnom, pour récolter des fonds. Les deux premières ont eu lieu hier, les suivantes se tiendront aujourd’hui et demain à 17h et 20h, heure locale.

Cette information m’a été envoyée par Arthur, dont vous pouvez parfois lire les commentaires ici. Il a accompagné le dossier de présentation de la pièce de magnifiques photos d’un renard blanc, prises à Khariaga à 15h30 samedi. Je ne pense pas qu’il m’en voudra d’avoir choisi celle de la tentative d’apprivoisement de ce renard en illustration de cette annonce.

L’adresse du théâtre est la suivante : ?. ??????????, ?. ?????????, ?. ????????, ????????? ???????, 8 ?

La revue de presse (non exhaustive) de Meriem

Par Aurialie le 28.10.2009 à 23h23

Fidèle lectrice et commentatrice de Spoutnitsi, Meriem m’envoie très régulièrement des liens vers des articles sur la Russie. Je les mets souvent sur ma page delicious pour qu’ils apparaissent dans la section Lire ailleurs. Mais hier et aujourd’hui, Meriem m’a envoyé plusieurs liens, dont j’ai eu envie de faire une petite revue de presse, qui, je le précise, est loin d’être exhaustive et représentative des opinions de Meriem.

Fichage - Lu sur Regard sur l’Est "La Russie compte tester le fichage de ses citoyens et immigrés" : Le gouvernement russe étudie activement le programme d’établissement du « gouvernement électronique » ou « e-gouvernement », dont l’un des aspects est l’établissement d’une « carte électronique universelle personnelle » devant remplacer le passeport intérieur, tout en le complétant. Cette carte, qui accumulera les données sur l’état civil, la sécurité sociale, le permis de conduire, les avantages sociaux en tous genres, les diplômes, les données bancaires, etc., est censée simplifier la vie de son utilisateur. (...)

Internet - Lu sur Courrier international "Le Kremlin à la pêche aux blogs" : Inspirées par l’exemple du président Medvedev, qui anime un blog, les autorités russes envisagent d’explorer les innovations de la blogosphère et des réseaux sociaux sur Internet, explique Vedomosti. (...)

Témoignage – Lu sur l’Express "Travailler à Novaïa Gazeta, c’est davantage que du journalisme" : Chroniqueuse judiciaire à Novaïa Gazeta, pour lequel elle couvre le procès de l’ex-oligarque Mikhaïl Khodorovski, qu’elle raconte comme un roman policier, Vera Tchelicheva, 23 ans, décrit l’atmosphère de son journal où, depuis l’année 2000, six collaborateurs ont perdu la vie. Assassinés par des tueurs à gages. (...)

Enquête - Lu sur Courrier international et Kommersant "Piste néonazie dans le meurtre de l’avocat Markelov" : qui a tué l’avocat Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Babourova, du bihebdomadaire d’opposition Novaïa Gazeta, le 19 janvier 2009 au coeur de Moscou ? Mikhaïl Markelov, ancien député et frère de la victime, a mené sa propre enquête. Contrairement aux hypothèses initiales, "ce meurtre n’a rien à voir avec les affaires sur le Caucase dont était chargé mon frère, notamment avec l’affaire Boudanov (...)

Portrait – Lu sur Courrier de Russie "Vitali Ziusko, Moscovite du monde" : Ouvrir les jeunes Russes aux cultures étrangères pour leur apprendre la tolérance et faire bouger la société, un objectif bien ambitieux qui, dans la bouche de Vitali Ziusko, semble pourtant à portée de main. Ou plutôt à portée de clic. Rencontre avec le créateur de KompasGuide, site Internet qui se veut une boussole pour s’orienter dans un Moscou cosmopolite. (...)

Agenda : Lu sur Yahoo news "7ème semaine du cinéma russe à l’Arlequin du 28 octobre au 3 novembre" : Le festival " Regards de Russie ", consacré à la production russe contemporaine, s’installe cette semaine à Paris pour sa septième édition. L’occasion de découvrir un cinéma encore méconnu en Occident, dont la distribution en France reste très limitée. Au-delà des quelques réalisateurs chéris par la critique internationale - Alexandre Sokourov (Le Soleil), Pavel Lounguine (Un nouveau Russe) - on connaît mal le cinéma russe. Cette semaine a pour vocation de faire découvrir le cinéma contemporain au public français à l’Arlequin, anciennement " Cosmos ", salle officielle du cinéma soviétique pendant plus de dix ans. (...) 

Léger - Lu sur le Nouvel Obs et EnglishRussia "Les Russes aiment les belles montres" : Une enquête du quotidien russe Vedomosti révèle que les hauts fonctionnaires de Russie, du maire-adjoint au président, possèdent des montres de luxe, certaines valant des centaines de milliers de dollars. (...)

Et encore merci Meriem pour tous ces liens !

Prilepine en France pour le Péché

Par Aurialie le 19.09.2009 à 01h09

Dans les 10 jours à venir, vous aurez 3 possibilités de rencontrer Zakhar Prilepine : le samedi 26 septembre à 19h à La Renaissance (112 rue Championnet, 75018 Paris), le dimanche 27 septembre à 16h pour un goûter littéraire bilingue à la librairie VO à Lille (36, rue de Tournai) et le mardi 29 septembre à 19h30 à la Librairie du Globe à Paris (67, boulevard Beaumarchais dans le 3e). L’auteur russe est en France pour présenter son roman Le Péché, dont l’édition française va sortir le 24 septembre. L’édition russe a été un succès, elle a obtenu le prix Bestseller en 2008, une véritable reconnaissance artistique pour un auteur, membre de l’opposition, revendiquant son appartenance au Parti national-bolchevique et se disant fasciné par Edouard Limonov (leader du PNB).

Le Péché est un roman en nouvelles, c’est-à-dire un roman composé de nouvelles dans lesquelles on suit les tranches de vie de personnages qui s’appellent toujours Zakhar (comme l’auteur). Pas d’ordre chronologique dans les histoires (jeune journaliste en couple, adolescent à la campagne, jeune homme de 23 ans attendant une réponse de la Légion étrangère, papa de 2 enfants, videur de boîte de nuit, soldat d’un bataillon en Tchétchénie), ni de lien certain entre les différents Zakhar et avec le Zakhar auteur (qui a bien fait la guerre en Tchétchénie, a été videur de discothèque, a été jeune, a des enfants). Mais par contre, un grand bol de sentiments : joie, espoir, amour, ...

Au cours de ma lecture, j’ai relevé une phrase, dite par un soldat : "Il ne se souvenait pas quand, pour le dernière fois, il avait prononcé ce mot – patrie. Pendant longtemps, elle n’avait pas existé. Un jour, peut être dans sa jeunesse, la patrie avait disparu, et rien n’était venu la remplacer. On n’en avait pas besoin." (nouvelle Le sergent, p.238). En faisant des recherches sur Prilepine, j’ai lu une de ses interviews accordées au journal le Courrier de Russie, qui fait écho à cette phrase. En "bon slavophile [j’estime] que la Russie a sa propre voie à suivre", qu’elle "devrait mieux œuvrer à faire connaître au-delà de ses frontières son art, sa musique, sa littérature. Peut-être cela aiderait-il l’Occident a admettre que le reste du monde n’est pas peuplé de barbares. La Russie devrait se souvenir qu’elle n’est pas un pays européen." Un peu plus loin, on peut lire : "Les Russes, dans l’ensemble, sont patients, curieux, modestes. S’ils se montrent parfois grossiers, c’est pour dissimuler leur timidité naturelle. Les Russes sont capables de faire des choses impossibles. Ces traits se rencontrent chez des représentants de tous les peuples, mais c’est leur combinaison qui a permis aux Russes de combattre Hitler, par exemple." Il termine en disant : "le sort de mon pays ne m’est pas indifférent !", ce que l’on peut croire sur parole, vu son activité littéraire et politique. J’attends donc la prochaine traduction de ses œuvres, à moins que j’ai le courage de m’y mettre en russe directement...

Répenser la ville russe post-socialiste

Par Aurialie le 28.07.2009 à 23h37

Depuis le mois d’avril, Future Faculty (plateforme interdisciplinaire de recherches et de design initiée par des étudiants), la Biennale internationale d’architecture de Rotterdam et les Facultés d’Architecture et de Design industrial de l’Université de technologie de Delft ont lancé un intéressant projet collaboratif ayant pour sujet : interventions micro-urbanistiques dans la ville russe post-socialiste.

Dans ce projet, étudiants et professionnels travaillent ensemble pour explorer l’environnement russe dans les blocs d’habitation pré-fabriqués. Les conflits, les possibilités à l’intérieur des espaces collaboratifs, les solutions pour améliorer la qualité de vie ont été les principaux sujets des tables-rondes, ateliers et discussions qui ont eu lieu entre avril et juillet 2009 aux Pays-Bas et en Russie. La phase finale du projet se tiendra à la Biennale d’architecture de Rotterdam en septembre ; un débat ouvert et un atelier permettront de réfléchir, repenser, critiquer l’expérience acquise et d’ouvrir la discussion sur les futurs développements, les applications possibles, les collaborations potentielles. Un blog permet de suivre l’évolution du projet.

Ce type de projet mêlant étudiants, chercheurs, designers, entrepreneurs, est de plus en plus utilisé en Europe (France, Royaume-Uni, Pays-Bas, …) et un bon moyen pour envisager les problèmes par un prisme différent de celui des collectivités ou grosses entreprises. Future Faculty pourrait ensuite se pencher sur les cités dortoirs françaises.

Source : Flickr Future Faculty

Le 3e Prix Russophonie décerné dans une semaine

Par Aurialie le 10.01.2009 à 01h43

Dans une semaine aura lieu la remise du 3e Prix Russophonie de l’association France-Oural, qui avait récompensé l’année dernière Joëlle Dublanchet pour ses traductions de Pathologies de Zakhar Prilepine et de l’Année du mensonge d’Andreï Guelassimov.
Chaque année le nombres d’ouvrages en compétition ne cesse d’augmenter (29 en 2007, 41 en 2008 et 57 en 2009) montrant la vigueur de la littérature russe en France et le bien-fondé de ce prix. J’en ai malheureusement que 7 en ma possession et lu que ... 3, dont le premier titre de la sélection finale :

S’il m’est impossible de juger la traduction (les spécialistes de la littérature russe et comparée du jury sont là pour ça), je voudrais néanmoins saluer la beauté et la qualité de l’édition de La Ravine de Sergueï Essénine aux éditions Harpo& (j’en ai également beaucoup apprécié la lecture). Et j’ai hâte de commencer celle de Viktor Vavitch, roman-fresque de Boris Jitkov, considéré par Pasternak comme "le meilleur sur la révolution de 1905" (et que l’on m’a offert à Noël). Dommage que les journées ne soient pas plus longues pour pouvoir lire tous ces romans, témoignages, essais, ...

L’invitation pour la remise du Prix Russophonie, qui aura lieu pendant Expolangues, est à télécharger sur leur site.

La jeunesse s'active toujours et encore

Aujourd’hui, c’est la journée internationales des étudiants, célébrée la première fois en 1946 en mémoire des répressions des manifestations étudiantes contre l’occupation allemande à Prague en 1939 (9 morts, 1200 étudiants envoyés en camp). Cette journée n’est pas vraiment commémorée en Russie, qui ont déjà une fête des étudiants, le 12 janvier, à la Sainte Tatiana.

Cependant, cette journée résonne avec deux autres évènements en Russie. Tout d’abord, des étudiants russe (tendance gauche) ont créé hier l’Union des étudiants dans le but de lutter pour un système d’enseignement, qui "forgera, au sens propre, l’élite intellectuelle de la nation". Les membres de cet Union déclarent dans leur manifeste vouloir le retour de l’étudiant au sens dostoïevskien : "un esprit éveillé personnifiant la droiture de l’âme, l’indépendance de jugement et le dévouement aux intérêts de l’ordre public". Plus concrètement, ils exigeront une augmentation des bourses, l’augmentation du nombre des postes budgétaires (1), l’amélioration des conditions de vie dans les logements universitaires, l’augmentation du budget d’État en faveur de l’éducation. Comme le montre une infographie de Ria novosti, les bourses des étudiants sont en effet très faibles (entre 400 et 1000 roubles) et ne permettent donc pas de faire des folies (13 repas ou 8 repas et un coupon mensuel de transport en commun ou 3-4 manuels ou 55 pirojki ou un clavier et une souris et ce pour la bourse la plus élevée).

Autre époque, autres jeunes, même combat contre le fascisme (l’intolérance, le racisme), ce sont les Antifas (pour antifascistes). Ils se sont réunis le 13 novembre en mémoire de l’un des leurs, Timour Katcharava, assassiné par un skinhead en 2005. Cette année encore, des commémorations ont eu lieu dans plusieurs villes russes (Saint Pétersbourg, Voronej, Nijni Novgorod), mais aussi à Minsk. A partir du 23 novembre, des soirées de soutien seront également organisées en France par le SRA (Solidarité, Résistance, Antifa – collectif de solidarité antifasciste) dans le cadre d’une tournée d’une semaine : projection sur les antifas russes, débats avec des militants russes et concerts.

Les dates des soirées sont les suivantes : 23/11 à Paris, 24/11 à Angers, 25/11 à Bordeaux, 26/11 à Limoges, 27/11à Saint-Étienne, 28/11 à Dijon et le 29/11 à Strasbourg.

Source photo : Lenta.ru

(1) Dans les établissements d’Etat la structure d’offre d’éducation est définie par la structure des places budgétaires, des départements organisationnels (facultés, chaires) et des postes d’enseignants, information tirée d’un rapport d’étudiante Éducation en Russie.

L'agenda est ouvert !

Par Aurialie le 22.05.2008 à 22h38

Il a été très attendu, vous avez cliqué, cliqué, cliqué, mais il n’y avait qu’un petit "prochainement", et enfin le voilà, l’agenda Spoutnitsi ! Évènements, anniversaires, annonces de manifestation, dates à retenir, … y seront rassemblés dans le but d’être le plus exhaustif possible.

Déjà mentionnées dans l’agenda, les trois rencontres organisées par le prix Russophonie à l’occasion de la Comédie du livre à Montpellier (30/31 mai et 1er juin), dont l‘invité d‘honneur est la Russie.

Et pour ceux qui veulent se lancer dans une formation de journaliste, il vous reste quelques jours pour remplir le dossier d’inscription du Centre Franco-Russe de Journalisme. Vous trouverez de plus amples informations dans le document ci-dessous.

N’hésitez pas à m’indiquer vos évènements !

Word - 230 ko
CFPJ_annonce du concours

Agenda : semaine du 14 au 20 avril

Par Aurialie le 13.04.2008 à 02h34

Deux rencontres littéraires sont organisées la semaine prochaine dans la capitale. Lundi 20h30, les amateurs de grande littérature pourront écouter Andreï Makine, troisième écrivain d’origine russe à recevoir le Prix Goncourt (après Henri Troyat et Romain Gary/Émile Ajar), sur le thème "L’écrivain et son temps" au centre culturel Christian Peugeot (62 avenue de la Grande Armée, Paris 17e). Et jeudi 19h30, la librairie du Globe organise une rencontre avec les traductrices des Carnets de Marina Tsetaeva.

Dans les deux soirées, un pot est organisé, mais vous êtes prié d’apporter boissons et petits gâteaux pour avoir de quoi vous sustentez après avoir écouté Makine.

Soirée hommage à Mark Weil

Par Aurialie le 20.10.2007 à 23h55

Dimanche 28 octobre, la Maison d’Europe et d’Orient rendra hommage à Mark Weil, directeur artistique et metteur en scène du théâtre Ilkhom, assassiné il y a près d’un mois et demi. En présence de nombreuses personnalités du théâtre, dont un de ses proches collaborateurs, Maxim Tumenev, des captations vidéo illustrant son travail à Tachkent seront projetées.

Le Théâtre Ilkhom recevra à cette occasion le Prix Paris-Europa 2007, qui vise à promouvoir et récompenser des projets culturels, ayant pour principal objectif le développement des échanges, des rencontres, entre l’Ile-de-France et l’Europe de l’Est.

Kourkov vendredi à Paris

Par Aurialie le 16.10.2007 à 00h05

Une affiche vaut parfois mieux qu’un long discours. Donc rendez-vous au café Renaissance pour rencontrer l’excellent auteur ukrainien Andreï Kourkov, dont la lecture des romans - le Pingouin, les Pingouins n’ont jamais froid, le Dernier amour du Président - est un véritable plaisir.

Russie20
Russie35
Russie33
Russie14
Russie42
Russie44
Russie19
Russie09
Russie08
Russie39
Russie10
Russie18