Tous les articles sur le mot clé : internet

Variations sur Dorofeï

L’histoire de la fuite supposée de Dorofeï, le chat de Medvedev, sera déjà oubliée la semaine prochaine, mais elle a bien amusé les internautes pendant la journée d’hier, qui ont multiplié les tweets gentiment moqueurs et imaginé quelques détournements d’images.

Sur ces images, de gauche à droite, on peut lire :
- "Attention, on a retrouvé Dorofeï, mais il y a un problème..." (Dorofeï porte le ruban blanc de l’opposition et tient une pancarte avec le mot "Liberté").
- Poutine : "Dorofeï ? Non, je ne l’ai pas vu"
- Medvedev à Dorofeï : "La prochaine fois que tu t’enfuis, prends moi avec toi..."

Le plus drôle est certainement le fait que Dmitri Medvedev ait eu besoin de nier cette disparition sur Twitter. Dans un autre genre, il a également été assez bon dans son commentaire aux candidats républicains aux élections américaines, suite à l’interception d’une conversation entre lui et Obama (cette histoire a également eu son heure de gloire sur les réseaux) et la déclaration de Mitt Romney sur "La Russie, ennemi géopolitique n°1 des Américians" : "Je recommanderais à tous les candidats à la présidentielle américaine de faire deux choses. D’abord, utiliser leur tête et leur raison lorsqu’ils formulent leurs positions, ce qui ne devrait pas nuire pour un candidat à la présidentielle. Et puis aussi regarder leur montre : nous sommes en 2012, pas au milieu des années 1970."

Et le hashtag du jour est # ???????????? (Chouvalov - voleur) : Igor Chouvalov, vice-premier ministre russe, est accusé de conflit d’intérêt par le Financial Times et le Wall Street Journal, pour avoir investi des millions de dollars dans des groupes comme le géant gazier Gazprom alors qu’il travaillait au Kremlin. Il nie bien sûr ces accusations.

Source images : les dessins sont de Sergueï Elkine, publiés sur Polit.ru pour celui de gauche et sur son blog pour celui de droite ; la photo,
je l’ai prise sur le blog d’Artem Kazhdy

L'erreur est humaine... et drôle, surtout avec un chat

Par Aurialie le 24.02.2012 à 22h54

Sur internet, on aime les lolcats et se moquer des erreurs des autres, la preuve en vidéo. La cible : Maxime Perevalov, jeune activiste des Nachis, mouvement pro-Kremlin. Son tort : avoir filmé pendant près de 30 minutes une discussion avec un homme, qu’il a pris pour Boris Nemtsov, membre de l’opposition. La discussion n’était pas forcément sympathique, le jeune homme lui demandait s’il avait fait son service militaire, pourquoi il soutenait le terrorisme, s’il allait à Toronto pour recevoir de l’argent des États-Unis et ainsi organiser des manifestations en février, ... L’homme lui a bien dit qu’il n’était pas Boris Nemtsov, mais le jeune homme a continué à lui poser les mêmes questions. Au bout de 15 minutes, ca en devient gênant. Et quand on sait qu’il a accusé Boris Nemtsov de l’avoir agressé et pris son téléphone au début du mois à l’aéroport Domodedovo, c’est encore plus gênant...

Heureusement, la vidéo ci-dessus, parodie "lolcat" de la vidéo de Maxime Perevalov, intitulée "Information compromettante sur l’opposant Boris Nemtsov", remet un peu de légèreté.

Sur Twitter, aussi, on se moque, notamment Oleg Kozyrev avec le tweet "Le Nachiste Perevalov est resté toute une journée devant la maison d’un opposant, avant de comprendre que c’était sa propre maison" ou encore FakeNTV en écrivant "Le Nachiste Perevalov a essayé pendant 4h, à Auchan, d’obtenir un commentaire sur les études à Yale d’un frigo avec un poisson, qu’il avait pris par erreur pour Navalny".

Encore quelques détournements et il deviendra un mème aussi connu que Keanu Reeves. Par contre, pour la carrière politique, il est peut être préférable qu’il arrête de faire des films ;-)

Les Oiseaux de Sergueï Hitchcock Elkine

Par Aurialie le 21.02.2012 à 00h03

Quand Sergueï - ellustrator - Elkine imagine une rencontre entre les Angry Birds et Larry Bird de Twitter, c’est forcément pour s’attaquer au chef de la Russie, Vladimir Poutine... Mais a priori, c’est vain, les Angry Birds ayant choisi la mauvaise arme. Car, comme le dit le pauvre Larry dans sa catapulte, pour essayer de sauver sa peau : "Nooooon, de toute façon, il ne lit pas Twitter..."

Angry Birds avaient déjà inspiré Sergueï Elkine, comme le montre ce dessin, imaginé avant la manifestation du 4 février. Le fait que les 3 oiseaux ne pas soient pas rouge, jaune ou noir, mais d’un camaïeu de bleu pour indiquer combien ils sont frigorifiés (il faisait -18°), montre, pour moi, tout le talent de ce dessinateur.

Source image : Sergueï Elkine

Poutine, un dieu ? Non, Poutine, adieu !

Par Aurialie le 12.02.2012 à 18h21

Vous vous rappelé sûrement de la superbe chanson " ?????? ??? ?????" ("[Je veux un homme] Comme Poutine"), sortie en 2002, présentant le Président russe de l’époque comme l’homme idéal : un homme fort, qui ne boit pas, qui ne fait pas de peine et qui ne s’enfuit pas. L’auteur de cette chanson, Alexandre Eline, rocker dissident quand la Russie était encore l’URSS, précise dans une interview, qu’elle avait été écrite sur un ton un peu ironique, mais l’euphorie du moment pour cet homme politique jeune, qui voulait faire avancer son pays, en a fait un vrai hymne à son honneur.

Alexandre Eline continue à faire de la musique. Il a notamment fait son retour en chanson en novembre 2010, en publiant, sous le nom de groupe RabFaq, une vidéo qui a été vue des milliers de fois sur Internet, devenant un hit de la blogosphère russe. Il s’agissait de la chanson " ??? ?????? ???????? ?? ??????", que l’on peut traduire par "Notre asile de fous vote pour Poutine". Et depuis décembre 201, RabFaq a sorti ainsi plusieurs chansons, dont les clips sont faites d’extraits de vidéo youtube (ou rutube) : " ????? ?????" ("Rubans blancs", en référence aux rubans que mettent les opposants au gouvernement lors des manifestations des derniers mois), " ????? ????? ? ??????" ("Nouvelle chanson sur la vérité"), dont le refrain est : "La vérité est plus haute que les murs du Kremlin / La vérité est plus vive que les étoiles du Kremlin / Je n’attends plus dans la cuisine les changements / Je me dresse de toute ma taille sur la place" et enfin " ?????, ??????!" ("Poutine, Adieu !", vidéo ci-dessous).

La chanson débute ainsi : "Il y a un mec dans notre puissance natale / Il est presque aussi populaire d’Archavine/ Il vole dans le ciel, et plonge dans l’eau (…) / D’une Lada Kalina il a fait une Ford / Avec lui même sur le cul on est fier / C’est pourquoi nous aimons notre chef sans réserve".

Et un peu plus loin "Et Loukachenko est devenu un enfant bien sage / Et l’Ukraine ne pique pas notre gaz en cachette / Le Russe travaille mieux que le Chinois / Et Angela Merkel nous la tenons par les c… /Ce n’est pas en vain que tous respectent notre leader." Cette chanson est donc dans la lignée de " ?????? ??? ?????", mais cette fois-ci il n’y a pas d’ambiguité sur le sens de la chanson, car elle se termine par : "Alpha Centauri, Tau Ceti / T’attendent, un bon surhomme /Ton navire spatial est prêt / Poutine, adieu à jamais".

Envie d'être observateur des élections ?

Par Aurialie le 11.02.2012 à 00h31

Le 10 février, à 10h30, heure de Moscou, 12.290 personnes s’étaient enregistrées sur le site Rosvybory.org pour devenir observateur de la prochaine élection présidentielle russe et ainsi éviter les fraudes, relevées lors des élections législatives de décembre dernier. Cette vidéo mélange images de films, d’archives, d’actualités, … pour inciter les personnes à devenir observateur.

Pour les non-russophones, voilà ce qui est écrit entre les images :
(Notes de piano)
Tous les 4 ans, les honnêtes citoyens se rendent aux bureaux de vote.
"Je veux voter contre les escrocs et les menteurs [à savoir le parti Russie Unie]", disent-ils.
"Mets ton bulletin dans cette urne", lui répondent les escrocs et les voleurs.
Les citoyens pensent qu’ils ont fait leur choix.

(Chaque citoyen va payer son chauffage et son électricité 2 fois moins cher.
Chaque famille aura son propre logement.
Chaque citoyen russe va recevoir sa part de richesse naturelle.)

Mais en fait, dans les urnes, voilà ce qui se passe…
(changement de musique)
Les gendarmes ne font rien, les présidents ont été achetés.
Après les élections, ils ont tourné les manettes de leurs ordinateurs et compté les voix.
Les escrocs et les voleurs obtiennent 146% des voix.
Dégouté ?
Arrête la fête des escrocs.
Deviens observateur des élections.
Utilise ton cerveau, ton ordinateur et Internet.
Adresse-toi directement au quartier général de ton candidat.
Ou bien inscris-toi comme observateur sur internet.
Ensemble nous battrons les escrocs et les voleurs !

Le site Nabludatel.org permet également de s’enregistrer comme observateur de l’élection. Et Golos.org a recensé les violations des élections de décembre.

I.Varlamov, victime collatérale d'Anonymous ?

Par Aurialie le 06.02.2012 à 23h44

J’ai souvent montré les photos d’Ilya -Zyalt- Varlamov sur ce blog, pour illustrer un article ou parler d’une de ses initiatives (le permis de photographier, concours du "boulon de verre"). Il est pourtant aujourd’hui dans la tourmente : les Anonymous russes ont hacké la boite mail de Vassili Iakemenko, responsable de Rosmolodioj (agence fédérale des affaires de la jeunesse), Kristina Potouptchik, responsable presse des Nachis et de Oleg Khorokhordine, membre de l’administration présidentielle. Selon le propriétaire du compte Twitter OP_Russia, cette action a été menée "en signe de protestation contre les actions du gouvernement dans la sphère de l’Internet publique, contre les réseaux des botnets et des commentaires payants qui se renforcent, contre la vénalité et le mensonge dans un endroit, où chacun peut librement communiquer et occuper n’importe quelle position civile et politique" (son interview est à lire en entier sur Gazeta.ru).

Et parmi la correspondance de Iakemenko et Potouptchik, les hackers ont révélé des échanges entre des bloggeurs populaires, au sujet de commandes de posts, et bien sûr, Ilya Varlamov en faisait partie. Il aurait reçu 400.000 roubles pour avoir publié deux articles sur Vladimir Poutine, ce qu’il a nié aujourd’hui sur BBC et sur son blog.
"Sur mon blog, personne ne trouvera aucun post commandé, surtout pro-Kremlin ou élogieux. J’ai toujours écrit de façon objective. Lorsque je prends de l’argent, les articles sont taggés "publicité". " "Je n’ai jamais publié et je ne publierai pas dans ce blog des commandes, surtout politiques. Jamais le mouvement "Nachi" n’a commandé et payé un de mes posts. (…) Mon dernier article sur Poutine est daté du 24 septembre. C’était le reportage sur le congrès de Russie Unie."

Alors qui dit vrai ? Qui ment ? Qui manipule qui ? Zyalt est, pour moi, un photographe plutôt marqué "opposition", les Anonymous également. Le responsable du compte OP_Russia explique qu’il a notamment participé aux actions contre les régimes tunisiens et égyptiens. Mais chez Anonymous, il n’y a ni leader, ni ligne directrice, les cibles changent selon les personnes. De faux mails peuvent être rajoutés. Personnellement, vous l’avez compris, je ne crois pas qu’Ilya Varlamov ait pu être acheté par les Nachis.

Une copie d’écran, reçue via twitter, montre un échange entre Alexeï Navalny et Vassili Iakemenko, qui pourrait typiquement être une manipulation. Il y est écrit : "Vassili il faut qu’on se voit. Il y a un problème dans le projet. Rappelle-moi." Il y a quelques semaines, c’est Navalny qui se faisait pirater sa boite mail, l’homme agace de tous les côtés.

Sources article : Grani.ru et Zyalt

MAJ le 10/02/12 : modification faite suite au commentaire

"Avec eux" ou "avec nous"

Par Aurialie le 08.11.2011 à 00h43

Soyez bien concentré avant de lancer la vidéo ci-dessous, véritable concentré d’images, d’animations et de messages déclinant le mot d’argot  ???, avec seulement une petite respiration de la seconde 43 à 45. Egor Zghun (déjà à l’origine de la Stalin Song), aidé de @Kermlinrussia pour les textes, est l’auteur de cette vidéo, intitulée ???????? ??????, que je traduirais pas "Put* de Russie" (dans le sens positif du terme), et ayant pour slogan : " ??????? ? ???????? ??????, ??? ?????????? ? ??????" ou de façon beaucoup plus polie, " ??????? ? ????? ??????? ?????? ??? ?????????? ? ???????? ?????????????????", soit "Adhère à une Russie très bien ou reste dans une [Russie] plutôt repoussante".

Bref, d’un côté, vous avez tous les aspects négatifs de la Russie au pouvoir (pour l’opposition) : Russie Unie, Poutine, Medvedev, le centre d’innovation Skolkovo, Sotchi 2014, le cinéaste Mikhaïlkov, Gazprom, la chaîne Rossia, l’homme politique Vladislav Sourkov, un des responsables des Nachi Vassili Iakemenko, le médecin sanitaire en chef de Russie Guennadi Onichtchenko ou encore Kadyrov. De l’autre côté – du "bon côté" – on trouve le photographe Varlamov, le chanteur de DDT Iouri Chevtchouk, l’avocat et bloggeur Alekseï Navalny, Anton Nossik, Kermlin, le journaliste Oleg Kachine, l’homme politique Sergueï Stepachine et le designer Lebedev.

Et pour que la vidéo devienne populaire, le hashtag # ?????????????? a été créé. A cette heure, il n’est pas encore un trending topic sur Twitter, mais le temps que j’écrive ces quelques lignes, il y a eu près de 20.000 visualisations supplémentaires (allant d’environ 27.000 à 48.500 vues).

Démocratie Potemkine ?

Par Aurialie le 05.11.2011 à 02h22

Le crowdsourcing peut-il aider les citoyens russes à s’impliquer davantage dans la politique de leur pays ? C’est en tout cas ce que semble vouloir le gouvernement russe en mettant en place une plateforme de contribution participative dans l’élaboration des propositions de loi, WikiVote. Le site, pour le moment, de présente que le fonctionnement du projet : un projet de loi est posté sur le site, les utilisateurs sont alors invités à modifier chaque paragraphe, à voter pour les suggestions proposées ou à débattre les points les plus pointus. Un système de notation donne plus de poids aux utilisateurs sérieux ; des experts sont également invités à participer. Un article de The Economist précise qu’un test à grande échelle a eu lieu plus tôt cette année sur un projet de loi sur la pêche amateur. A la demande du gouvernement, Wikivote a posté le projet de loi, qui a connu deux réécritures avec plus de 1000 propositions de modifications.

The Economist pointe également les problèmes posés par une législation crowdsourcée : "Le plus difficile n’est pas l’appropriation de la technologie (un simple forum de discussion en ligne est suffisant), mais la création d’un processus équitable et transparent qui assure aux gens que leurs voix ont été entendues."
Un autre problème est qu’une consultation publique "prend beaucoup de temps et d’argent" et rassemble difficilement l’intérêt du grand public, qui souvent ne sait pas écrire des lois, ce qui laisse la place aux lobbyistes professionnels. Enfin, les sites web gouvernementaux de ce type sont souvent maladroits, avec des interfaces peu ergonomiques. C’est pourquoi Radio Free Europe dans un article du 3 novembre se demande si le crowdsourcing en politique - participation sans représentation véritable - ne serait pas en fait une "démocratie Potemkine" ou, selon l’expression de Rebecca MacKinnon en parlant de la Chine, un "autoritarisme en réseau". Une bonne raison d’être septique sur les intentions du gouvernement russe, selon ce même article, est le lancement par Russie Unie d’un site où les gens peuvent se plaindre et signaler des violations pendant les élections. Cependant, l’utilisation du site ne serait pas du tout évidente et ne serait donc qu’un moyen de légitimer le parti au pouvoir.

Radio Free Europe termine son article ainsi : "même si l’aspect participatif de l’initiative était pur, il est souillé par le contexte parlementaire en Russie" : "contrôle serré des médias", "usage abusif des ressources de l’Etat", "terrain de jeu électoral biaisé résultant d’une Douma remplies de députés de Russie Unie et d’une opposition douce et paralysée". "Une initiative en ligne comme Wikivote est donc susceptible de n’être qu’une attraction". D’autant plus que de telles initiatives en Europe n’ont pas vraiment rencontré le succès : mobilisation marginale et vices de forme pour la révision constitutionnelle en Islande, résultats médiocres du site gouvernemental estonien sur les factures, …

Pour autant, le crowdsourcing n’intéresse pas que les hommes politiques en Russie. Pour son 170e anniversaire, la banque Sberbank a lancé une grande consultation collective sur 3 sujets : Sberbank – 21 – futur (quel Sberbank en 2021 ?), Russie – 21 – progrès (quel futur pour la Russie ? Comment en faire le meilleur pays du monde ?) et Innovation – 21 – Crowdsourcing (comment les technologies de crowdsourcing peut aider au développement de nouveaux projets). Une conférence de restitution est prévue le 12 novembre, il sera intéressant de voir les résultats de cette consultation en Russie.

Déchets, circulez ! (2)

Par Aurialie le 20.06.2011 à 23h36

Il y a bientôt de 2 mois, le bloggeur Sergueï Dolya regrettait que ses compatriotes ne faisaient pas attention à la propreté des lieux dans lesquels ils se trouvaient en "jetant directement à leur pied leurs ordures" et décidait d’"organiser les bloggeurs de différentes villes de Russie pour nettoyer le territoire de ses ordures, ou au moins attirer l’attention sur ce problème" lors d’une grande journée d’action, prévue le 6 août. Son article a eu pas mal d’écho dans la blogosphère russe, puisqu’en l’espace d’un mois, des bloggeurs d’une cinquantaine de villes russes ont répondu présent : une communauté LiveJournal a été créée (http://blogerprotiv.livejournal.com/), un concours de création d’un logo a été lancée et des actions de nettoyage sont déjà organisées dans certaines villes russes (Krasnoïarsk, Kazan, Oskol, Dedovsk, Iochkar-Ola, ...).

Sergueï Dolya sera demain en direct sur AIF.ru pour parler de sa grande journée de nettoyage du 6 août (il espère au moins 30.000 personnes) et répondre à toutes les questions.

Photo : Résultat de la journée de nettoyage de Krasnoïarsk (source - ilve87.livejournal.com)

Rospil, un coup de scie dans la corruption

Par Aurialie le 13.04.2011 à 00h36

Il y a quelques semaines déjà que j’entends parler du site Rospil et de son fondateur, Alexeï Navalny, évoqué brièvement dans cet article, sans beaucoup creuser. Mais voilà, ce site a remporté aujourd’hui le prix du Meilleur emploi de la technologie pour le bien de la communauté lors du concours international des blogs organisé par la Deutsche Welle.

Rospil est un site communautaire ayant pour objectif de lutter contre la corruption des fonctionnaires russes, utilisant les appels d’offres pour leur enrichissement personnel. Pour cela, les internautes doivent signaler les appels d’offres qui leur semblent suspects (montant très important, délai court, …), des avocats et des experts tentent alors de révéler les irrégularités et contactent les autorités judiciaires pour les dénoncer. Plusieurs appels à projets ont été ainsi annulés grâce à ce travail d’expertise et près de 337 millions de roubles économisés. Par exemple, l’appel d’offre de 5,4 millions de roubles (environ 132.000€) pour le nouveau site web du Théâtre Bolshoï a finalement été annulé, tout comme l’appel d’offre de 50 millions de roubles (plus de 1.228.000€) pour le système d’information de surveillance du ministère de l’Agriculture.

Alexeï Navalny, avocat de formation à l’initiative de ce projet, a fait appel aux dons pour pouvoir le mener à bien et a ainsi pu réunir plus de 6 millions de roubles pour rémunérer les avocats. Mais Alexeï Navalny ne s’est pas fait que des amis, et son blog est donc très souvent victime d’attaques DDoS. Il pourrait certainement donner des conseils pour la mise en place d’un tel site en France, car combien de fois a-t-on entendu que tel appel d’offre a été remporté par les amis de tel responsable politique ?

Attention, ça va couper !

Par Aurialie le 12.04.2011 à 00h04

La blogosphère russe n’est pas resté indifférente aux propos du chef du centre de sécurité des communications du FSB (ex-KGB), inquiet pour la sécurité du pays du fait du chiffrement des algorithmes étrangers utilisés par Skype, Gmail et Hotmail. Pour le porte-parole du Vladimir Poutine, ces craintes sont "justifiées", pour celui du Kremlin ils ne "reflètent pas la politique de l’Etat en matière d’Internet", les nouvelles technologies étant une priorité pour le développement du pays. Le FSB a alors déclaré qu’il ne planifiait aucune mesure à l’encontre de ces services, le ministre de la Communication a confirmé l’absence de limitation ou de fermeture des services.

Toutefois, jusqu’au 1er octobre un groupe de travail spécifique, dont la composition sera définie par le FSB, va préparer des propositions sur l’utilisation des moyens de chiffrement des réseaux de communications, et notamment sur l’élaboration des normes technique et légales, permettant aux services secrets d’avoir rapidement accès aux informations échangées par les utilisateurs.

D’après la loi, les forces de sécurité nationale doivent avoir la permission d’un juge pour inspecter les e-mails, mais, en pratique, les services de courrier électronique leur donnent accès aux boîtes mails des utilisateurs, sans décision de justice, a raconté un membre d’une de ces structures de sécurité. Un représentant de Yandex a déclaré ne donner accès à la correspondance des internautes que sur décision de justice ; Google donne les informations demandées en vertu de la loi "Sur l’aide juridique mutuelle" ; les produits Microsoft passent régulièrement les certifications du FSB, et les représentants de Mail.ru et Skype n’ont pas fait de commentaires.

Ce dessin de V. Bogorad illustre parfaitement l’article de Vedemosti, qui m’a servi de base pour cet article.

Et petit rappel, la France n’est pas mieux placée, comme nous rappelle la Quadrature du net. Attention, ça va couper !

Le DDos était sur son 31

Par Aurialie le 01.04.2011 à 00h14

Mercredi, la plate-forme de blogs LiveJournal a vécu la "pire attaque DDoS de son histoire" et a donc été inutilisable pendant plusieurs heures, au grand désespoir de ces utilisateurs (plus de 20 millions d’internautes par mois, rien qu’en Russie). Certains blogueurs ont affirmé que les attaques DDoS visaient le compte d’Alekseï Navalny, activiste politique appelé l’Erin Brockovitch de Russie par le Time Magazine. Son compte avait en effet déjà été visé par une précédente attaque DDoS, mais cette information a été démentie rapidement par la responsable de LiveJournal Russie, Svetlana Ivannikova.

Cependant ce dessin de Sergueï Elkine, pour le site Polit.ru, laisse supposer que c’est bien l’opposition russe qui était visée... à la veille de sa manifestation mensuelle du 31 pour la liberté de réunion : Kadhafi utilise les bombes contre l’opposition, Vladimir Poutine, les attaques DDoS. Bien sûr, le Premier ministre n’est pas connu pour être un geek (contrairement à Medvedev), ce n’est donc certainement pas lui qui était derrière son ordinateur pour programmer les attaques. Par contre, il a suffisamment de fans pour s’en charger à sa place, sans avoir rien à demander.

Concernant les manifestations du 31, rien de nouveau. Comme d’habitude, les slogans étaient affutés (voir par ex la pancarte de cette vieille dame disant "Les bourreaux veulent étouffer la liberté, donnez de la voix pour sa défense, ne vous taisez pas"), les forces de police étaient nombreuses, des opposants ont été arrêtés et Ilya Varlamov a pris des photos. Une question tout de même : où étaient les Anonymous ?

Source dessin : Sergueï Elkine

Les Anonymous parlent aux Russes

Par Aurialie le 23.03.2011 à 00h08

Les prochaines manifestations du groupe Stratégie-31 pour la liberté de réunion s’organisent dans différentes villes de Russie (Riazan, Saint Pétersbourg, Ekatérinbourg, Nijni-Novgorod, Omsk, Voronej, Moscou, ...) avec ou sans autorisation des autorités locales. Mais aujourd’hui, une nouvelle communauté a annoncé que ses membres participeraient à ces marches du 31 : les Anonymous, devenus célèbres depuis leur soutien à Julian Assange et à son site WikiLeaks. La déclaration ci-dessous a été publiée il y a un jour sur leur tumbler, nouvellement ouvert, Operation Russia.

Les forces de police vont certainement beaucoup aimer les hommes masqués.

Le cyrillique en force sur le net

Une fois n’est pas coutume, je publie la vidéo d’une agence de communication, faisant la promotion des noms de domaine en cyrilliques finissant en .?? (comme ?????????? ????????? - Fédération de Russie). Cette vidéo fait tout particulièrement référence à la lettre " ?" (translittérée en "zh", correspondant à notre lettre "j"). Et pour venir en aide à la lettre " ?" contre les lettres "z" et "h", il y a "o", " ?" (p) et "a", qui assemblées avec " ?" donnent le mot " ????" ("jopa", qui signifie "cul")... C’est plutôt marrant, non ? Ils existent deux autres vidéos pour les lettres  ? et  ?.

Pour information, l’enregistrement des noms de domaine en .?? a commencé depuis un an, le 25 novembre 2009.

La blogosphère russe passée au crible

Par Aurialie le 22.11.2010 à 23h15

Le Centre Berkman pour l’Internet et la Société de l’Université d’Harvard a mené un grand projet de recherches de 2 ans sur le rôle d’Internet dans la société russe et notamment en matière de politique. Il a passé en revue près de 5 millions de blogs russes, identifié les 11.000 plus actifs et ainsi analysé les réseaux de discussions autour de la politique et des affaires publiques. Le rapport final fait 46 pages, je me contenterais donc d’en traduire ici le résumé et les principales conclusions.

Ce rapport nous apprend donc que contrairement à leurs homologues aux États-Unis et ailleurs, les blogueurs russes préfèrent utiliser des plateformes qui combinent les caractéristiques typiques des blogs avec des fonctions de réseautage social (de type Facebook). Et la plateforme la plus utilisée, notamment pour les sujets politiques et sociaux, est, sans surprise, LiveJournal.

Les principales discussions se divisent, sans surprise également, en quatre grands groupes :
- Politique et affaires publiques (y compris les affaires, la finance, les activistes sociaux et les mouvements politiques)
- Culturel (y compris la littérature, le cinéma, la "grande" culture et la culture populaire)
- Régional (blogueurs en Biélorussie, Ukraine, Arménie, Israël, etc.)
- "Instrumental" (blogs payés et blogs pour des incitations externes).

Les blogueurs politiques couvrent un large spectre de comportements, qui vont de ceux qui ont un point de vue indépendant à ceux affiliés à des mouvements politiques qui ne sont pas en ligne, notamment ceux de l’opposition démocratique mais aussi des nationalistes. Les blogueurs pro-gouvernementaux ne sont pas particulièrement nombreux et ne constituent pas un groupe propre, mais participent aux discussions générales sur les affaires publiques en Russie. Cependant, il y a une concentration de blogueurs affiliés à des groupes de jeunes pro-gouvernementaux parmi les blogueurs "instrumentaux".

L’actualité en ligne suivi par les blogueurs russes est plus indépendante, internationale et tournée vers l’opposition que celle des utilisateurs d’Internet en général, et encore plus que celle des non-utilisateurs d’Internet, qui regardent davantage les chaînes de télévision contrôlées par l’Etat fédéral.

Enfin, les vidéos politiques populaires de YouTube se concentrent sur la corruption et les abus de pouvoir par les élites, le gouvernement et la police.

Personnellement, il ne me semble pas avoir appris grand chose sur la blogosphère politique russe, peut être parce que j’ai l’habitude d’en "fréquenter" une partie. Le rapport de 46 pages est certainement plus instructif, je l’ai donc mis en téléchargement.

Source image : Berkman center for Internet and Society

PDF - 7.1 Mo
Public Discourse in the Russian Blogosphere
Russie27
Russie14
Russie15
Russie43
Russie01
Russie30
Russie18
Russie26
Russie36
Russie39
Russie16
Russie25