Tous les articles sur le mot clé : nationalisme

Le chiffre du jour : 16

Par Aurialie le 03.10.2011 à 23h14

Depuis le début de l’année, en Russie, le centre d’information sur les problèmes liés au racisme et à la xénophobie Sova ont recensé 16 meurtres, ainsi que 90 agressions et 7 menaces de mort.

A la même époque l’année dernière, Sova recensait 26 personnes tuées et 276 blessées pour des motifs racistes. Les chiffres sont donc en baisse, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Toutefois, le 1er octobre, était organisée la journée en mémoire des victimes de crimes ethniques, non pas par une organisation comme Sova, mais par des nationalistes... Entre 200 et 500 personnes se sont rassemblées à Tchistye proudy pour saluer la mémoire du supporter du Spartak Iouri Volkov, blessé mortellement l’année dernière lors d’une bagarre, et pour pousser quelques slogans nationalistes mais aussi homophobes, la Gay Pride se déroulant le jour même. Une quarantaine de personnes ont d’ailleurs été arrêtées. On enferme les nationalistes et on laisse manifester les homosexuels, il y a des progrès, c’est plutôt aussi une (2e) bonne nouvelle.

Des œillets par dizaines, voire par milliers

Par Aurialie le 21.12.2010 à 23h53

Ce n’est pas un œillet qui a été déposé aujourd’hui sur la tombe de Staline (celle présente sur la place Rouge) à l’occasion de la date officielle de sa naissance, mais ... 4.420, rien que ça. Pour acheter toutes ces fleurs, le Groupe d’initiative des citoyens de la Fédération de Russie a réuni près de 80.000 roubles (environ 18.675€) et des dizaines de personnes, sans aucun soutien d’un parti politique... N’est-ce pas beaucoup d’argent et de temps dépensés pour un homme responsable de milliers de morts dans son propre pays ?

Autre tombe, même œillet (mais beaucoup moins nombreux) : le Premier ministre Vladimir Poutine a été fleurir la tombe d’Egor Sviridov, le supporter du Spartak mort au cours d’une bagarre début décembre et qui avait été à l’origine d’une manifestation nationaliste qui avait mal tourné la semaine dernière. Comme le fait remarquer le journaliste Vladimir Varfolomeev, Vladimir
Poutine n’a jamais fleuri les tombes des journalistes et défenseurs des droits de l’homme assassinés (Babourova, Politkovskaïa, Markelov, Estemirova, ...), il a choisi d’honorer la mort d’une personne qui a mené à des slogans ultra-réactionnaires et à des pogroms...

Par deux fois (ici et ), j’ai également lu cette déclaration de Poutine : " ????? ??????? ?? ?????? ??? ?????? ??????, ??? ??? ???????? ??? ?????", c’est à dire "Sa mort nous a apporté plus d’utilité que nous a apporté sa vie". Je ne peux imaginer qu’un homme politique puisse dire cela... D’ailleurs, la 1e source où j’ai trouvé cette citation, Dmitri Zykov, a fait le commentaire suivant : " ? ?????? ?????? ???? ???? ????? ???????", "la Russie a maintenant son Horst Wessel", un nazi abattu par un communiste lors d’un échange de coups de feu... Ajouté à cela, ce dessin de Sergueï Elkine ... et on n’a plus qu’à espérer que les bonnes nouvelles arrivent vite...

Source photo : Colonnel Cassad

C'est pas brillant...

Par Aurialie le 13.12.2010 à 23h31

Cette photo de Kalantarov et ce dessin de Sergueï Elkine font référence au même évènement : la manifestation du 11 décembre sur la place du Manège à Moscou, en souvenir d’Egor Sviridov, un supporter du Spartak tué lors d’une bagarre avec des Caucasiens le 6 décembre dernier.

De cérémonie du souvenir (que montrent bien les photos de Dervishv et Kalantarov), l’évènement s’est transformée en manifestation nationaliste (voir les photos de Zyalt), en bagarre de rue avec les policiers (cf les photos de Dervishv), mais aussi en passage à tabac de Caucasiens, qui étaient au mauvais endroit au mauvais moment (Vedomosti parle même de pogrom et ce n’est pas le seul).

Le sujet ne laisse indifférent ni la blogosphère russe, ni le président Medvedev.

Un secret dévoilé

Par Aurialie le 05.11.2010 à 00h08

Le 4 novembre, jour de l’unité nationale en Russie, est traditionnellement célébré par les nationalistes par des défilés. Le groupe d’artistes ???????? (Affiniti), le groupe ????????? ? ?????? (Sommet et amis) et les anarchistes de Saint-Pétersbourg ont souhaité une joyeuse fête aux "fascistes, nazis, patriotes, eurasiens, néoconservateurs", en leur préparant un cadeau spécial : une fresque. Peinte sur le mur d’un bâtiment de la Prospekt Nevski, la peinture dévoile un de leurs "secrets", sur un fond blanc-noir-or (leurs couleurs) : "Les nazis mangent des khebabs en secret".

Sur le blog où est postée cette photo, il est écrit "Vous cachiez cela, et maintenant tout le monde le sait. Vous sembliez terribles et déterminés, et maintenant tous voient, comment vous mentiez. Comme des lémures peureux, vous trembliez à l’idée que quelqu’un l’apprenne, et maintenant tout le monde rit de vous." Quelle imagination, ces artistes et anarchistes !

Vous pouvez voir l’élaboration de cette fresque en vidéo.

Source image : Prekrasny-may

La Jeune garde de Russie unie, bras armé du pouvoir ?

Par Aurialie le 18.12.2008 à 00h05

A lire les dernières actions de la branche jeune du partie Russie unie (??????? ??????? ?????? ??????-la Jeune Garde de Russie Unie), le parti au pouvoir, on ne peut être que étonné de la haine qui s’en dégage.

Haine de l’opposition (ils ont distribué des "certificats d’acquisition d’une sépulture dans un cimetière lunaire" lors d’un congrès de l’opposition), haine des étrangers (ils veulent interdire l’immigration de travail et à l’occasion de la journée internationale des migrants, qui a lieu aujourd’hui, ils vont distribuer des prospectus invitant les travailleurs immigrés à rentrer chez eux, dans le cadre de leur opération "Notre argent à nos gens"), mépris de la vie animale (ils n’ont pas nié être à l’origine du lâcher de moutons aux pattes brisées, certains encore vivants, devant l’établissement où se tenait le congrès de Solidarnost), mépris des décisions des pays satellites (ils étaient parmi les plus virulents envers les autorités estoniennes quand elles ont déplacé la statue du Soldat libérateur, ce qui valut au Premier ministre estonien Andrus Ansip de faire partie de la liste d’ennemis du peuple de l’antenne de Vladivostok), animosité envers les homosexuels (lors d’une soirée de saint Valentin organisée par la Jeune garde, les gays n’ont pas été autorisés à entrer), ...

Les objectifs de la Jeune garde, fondée le 16 novembre 2005, sont, entre autres :

  • implication de la jeunesse dans les processus de construction d’une société démocratique, socialement juste ;
  • développement chez les jeunes du sentiment de patriotisme et de fierté pour le pays ;
  • création des conditions pour des relations interethniques et interconfessionnelles dans la jeunesse, en vue du renforcement de la structure de l’État russe ;
  • assistance dans la formation d’une culture jeune, augmentation de l’instruction, du niveau intellectuel et professionnel de la jeunesse ;
  • ...

Il semble que pour le moment certains objectifs sont loin d’être atteints... Ce mouvement est vraiment inquiétant, à mon goût en tout cas.

Source dessin : kasparov.ru

Manifestions pour la Constitution

Par Aurialie le 12.12.2008 à 22h45

Le 12 décembre est le Jour de la Constitution, puisque la Constitution de la Russie contemporaine a été adoptée le 12 décembre 1993. Mais quelques jours après la décision du président Medvedev et du Parlement de porter des modifications à la loi fondamentale du pays (notamment, le rallongement du mandat présidentiel), cette journée revêt un intérêt particulier. Certains Russes se demandent si leur pays a besoin d’une constitution, un courageux a essayé de traiter le problème directement avec Medvedev en pleine cérémonie officielle, d’autres ont préféré manifester, à l’appel de Iabloko, contre les changements constitutionnels. En écho à la pétition en ligne, les manifestants ont signé une lettre géante à l’attention de Medvedev. La semaine prochaine, les signatures seront transmises à l’administration du Président, avant certainement de rejoindre les archives présidentielles ou la poubelle !

Les modifications constitutionnelles et la possible disparition de la Loi suprême inquiètent également les nationalistes russes, qui, à l’occasion d’une Marche russe, ont demandé le respect de la Constitution. Ont-il oublié qu’elle protège les droits de l’homme et du citoyen, indépendamment de la nationalité, du sexe, de l’âge, la race, l’appartenance ethnique ou religieuse de la personne ?

Le défi macabre des néonazis

Par Aurialie le 12.12.2008 à 19h44

Via Courrier international

"C’est un événement sans précédent dans l’histoire de l’extrémisme russe contemporain", note le quotidien Vremia Novosteï. Après avoir tué un jeune travailleur tadjik le 8 décembre, un groupe de skinheads d’extrême droite l’a décapité et a déposé sa tête dans un paquet près d’un batîment de la municipalité de Moscou. Les meurtriers ont ensuite envoyé un courriel à l’ONG Human Rights Watch à Moscou indiquant où ils avaient déposé le paquet contenant la tête, avec photo à l’appui.

Le courrier électronique a été expédié par une certaine Organisation de combat des nationalistes russes, jusque-là inconnue. Elle justifie son acte moins par la haine des étrangers que par la volonté de dénoncer la politique des autorités moscovites d’accueil de travailleurs immigrés. La question du quota d’immigrés à accueillir en 2009 fait l’objet de nombreux débats dans la presse russe. La plupart des journaux évoquent le risque de criminalisation des travailleurs étrangers qui perdraient leur emploi dans le contexte de la crise. L’effroyable crime perpétré est un cas de "fascisme assumé", estime Vremia Novosteï. Pour le journal moscovite, cela marque une alliance dans l’extrême droite russe entre les mouvements "nationalistes" et "patriotiques" qui organisent des marches publiques et des groupes clandestins fascistes, en majorité composés de jeunes, qui commettent des crimes barbares.

Habituelle journée du 4 novembre

Comme chaque année en ce 4 novembre, journée de l’Unité nationale, nationalistes de tout poil, environ 1.000 personnes, se sont rassemblés à Moscou sur les berges Taras Chevtchenko. D’autres se sont retrouvés dans le centre de ville, vers l’Arbat, pour une manifestation non autorisée, qui s’est terminée en bagarre avec la police et la détention de 400 personnes. En marge de ces rassemblements, des skinheads ont tué un Ouzbek.

Et comme chaque année, des contre-manifestations ont été organisées, notamment par le parti Iabloko pour protester contre la xénophobie et la nationalisme. Le mouvement pro-Kremlin Nachi avait réuni entre 6.000 et 10.000 jeunes pour déployer la "Couverture de la paix".

De l’amour, de l’haine, l’unité nationale va être difficile...

Source image : Lenta.ru

Le patriotisme c'est l'amour des siens. Le nationalisme c'est la haine des autres.

Eh oui, tout arrive, certaines sections du Parti national-bolchévique (notamment celle de Saint-Pétersbourg et de Moscou) soutiennent une décision de la Douma et du Conseil de la Fédération : celle de reconnaitre les deux républiques séparatistes de Géorgie (Ossétie du Sud et Abkhazie). Ils vont même plus loin en demandant de mettre en place une intégration plus forte avec ces républiques, mais aussi avec la République moldave de Transnistrie.

Les raisons de ce rapprochement impératif : garantir la sécurité de peuples frères, briser une politique étrangère nuisible (décidée depuis Gorbatchev et Eltsine) et donner ainsi une chance à la Russie de revenir une grande puissance. Et ils finissent par cette merveilleuse formule : La Russie c’est tout, le reste n’est rien.

Alors, je ne me prononce pas sur l’indépendance de ces républiques sessionistes (trop de causes historiques, géopolitiques, géographiques, ... rendent une décision difficile sur cette question), mais tant de nationalisme a de quoi dégouter. Donc, -10 sur l’echelle de sympathie !

Source image : AFP via Yahoo news
Citation de Romain Gary

Quelques chiffres sur le racisme

Par Aurialie le 06.08.2008 à 22h48

Natalia Rykova, directrice exécutive du Bureau moscovite pour les droits de l’homme a fait une analyse du racisme en Russie pour RIA Novosti. Dans cet article, intitulé Qui arrêtera les skinheads russes ?, on apprend qu’en six mois (de janvier à juin 2008) près de 170 agressions à caractère raciste ont été perpétrées sur le territoire russe et ont fait 72 morts et au moins 190 blessés. Il faut savoir qu’en 2007, on comptabilisait une cinquantaine de personnes victimes de meurtres à caractère raciste. Il y a donc un accroissement considérable des agressions mortelles.

Concernant l’indice ethnique, on trouve parmi les victimes de ces agressions des Ouzbeks (12 morts, 16 blessés), des Kirghiz (9 morts, 5 blessés), des Tadjiks (6 morts, 28 blessés) et des Azerbaïdjanais (6 morts, 9 blessés). La nationalité d’au moins 84 morts et blessés n’a pu être établie avec certitude.

La majorité des agressions racistes sont perpétrées par des skinheads. Leurs cibles sont le plus souvent des ressortissants d’Asie centrale et du Caucase, mais aussi des représentants de sous-cultures jeunes et des minorités sexuelles. D’après les données du Bureau moscovite pour les droits de l’homme, la Russie compte environ 70.000 skinheads et autres activistes appartenant à des organisations nationalistes radicales.

La suite de l’article est à lire ici.

Des ghettos moscovites pour travailleurs immigrés

Par Aurialie le 02.08.2008 à 18h03

Via Courrier International, article de Nikolaï Kireïev, paru dans Novyé Izvestia

Confronté au déficit de logement et de main-d’œuvre, la capitale russe envisage le regroupement d’ouvriers migrants dans des cités réservées. Ce projet fait craindre l’exacerbation de la xénophobie et des conflits interethniques.

Il est fort possible que Moscou se dote bientôt de cités provisoires afin de loger des immigrés de divers Etats de la CEI et pays plus lointains venus travailler dans la capitale russe. Ces logements devraient d’abord servir à abriter du personnel d’entretien des immeubles [nettoyage, plomberie, chauffage, électricité, etc.]. Telle est en tout cas la proposition lancée le 23 juillet par Vladimir Zotov, responsable de la zone administrative Sud-Est de Moscou. Il envisage de faire construire ces foyers pour travailleurs étrangers dans les quartiers de Lefortovo, Marino et Vykhino. Si cette idée est approuvée par la municipalité, les chantiers démarreront dès l’automne.

Selon la mairie de la capitale, le secteur du bâtiment et de l’entretien s’apprête à recruter plus de 8 000 ouvriers étrangers en 2009. Tous ces maçons et agents de nettoyage devront bien être logés quelque part. "Ce secteur emploie beaucoup de personnes venues d’ex-URSS et d’autres pays étrangers, explique Svetlana Govoroukhina, porte-parole de la zone administrative Sud-Est. Ces immigrés qui arrivent du Tadjikistan, d’Ouzbékistan ou de Moldavie doivent avoir un endroit où vivre pendant qu’ils travaillent ici. Il nous semble qu’ériger pour eux une cité provisoire permettrait de résoudre le problème."

Les experts indépendants jugent que cette idée n’est pas des plus heureuse. "A l’échelle d’une mégalopole, construire des cités à part pour les immigrés risque surtout de constituer une première étape vers la constitution de quartiers ethniques qui vivront en marge des règles communes", redoute Nikita Mkrttchian, spécialiste en chef des migrations au Centre de démographie et d’écologie de l’homme. "De tels foyers monoethniques pourraient se transformer en ghettos fermés, coupés du reste de la grande ville et centrés sur leur culture, leur économie et leurs relations sociales propres. Cela ne ferait que compliquer encore davantage le processus d’assimilation de ces immigrés au sein d’une société qui leur est étrangère."

Les représentants des intéressés sont du même avis. Pour Karomat Charipov, président du mouvement russe des migrants du travail du Tadjikistan, "le problème n’est pas seulement que ces enclaves risquent de devenir des réserves qui obéiront à leurs propres lois, mais aussi que ce genre de cités pourrait représenter un fort attrait pour divers groupes extrémistes. Les skinheads n’auraient plus à se demander où chercher leurs victimes, il leur suffirait de se rendre à une adresse officiellement connue. A mon avis, la mairie serait incapable, dans le contexte actuel, d’assurer une réelle protection des immigrés. Des conflits éclateraient forcément."

Cependant, on évoque dans Moscou des solutions encore pires pour loger ces travailleurs. "Les responsables de la zone Centre ont ainsi proposé de les installer dans des immeubles évacués ou en cours d’évacuation parce que destinés à être rasés, jusqu’à ce qu’ils soient effectivement démolis, confie Mme Govoroukhina. Il a aussi été question de les placer dans des bâtiments en travaux. Si la mairie accepte, il est possible que, dès ces prochaines années, les immigrés aient un toit au-dessus de la tête." Un toit, certes, mais sans doute avec des trous dedans…

Les experts pensent que ces idées empreintes de xénophobie sont à rejeter. Les travailleurs étrangers devraient être logés avec des personnes venues de différentes régions de Russie, et certainement pas dans de vieux immeubles abandonnés et promis à la démolition. "Pourquoi se limiter à construire juste pour les gens d’Asie centrale ? ajoute Nikita Mkrttchian. Moscou compte de très nombreux provinciaux venus travailler dans la capitale. Eux aussi ont besoin de meilleures conditions de logement. La ségrégation imaginée par les responsables administratifs risque d’encourager la haine interethnique."

Photo : Novyé Izvestia

Les nationalistes concluent un pacte

Par Aurialie le 08.06.2008 à 14h54

Ce que l’opposition dite "démocratique" n’a pas réussi à faire, à cause de leurs diversités de points de vue, les nationalistes l’ont réussi : se réunir dans un grand mouvement.

Lors de la conférence "Le nouveau nationalisme politique", le parti non-enregistré Velikaïa Rossia (Grande Russie), le Mouvement contre l’immigration illégale (DNPI), le mouvement Narod (Peuple) et le Mouvement social russe ont signé le "Pacte du 8 juin", entérinant leur rassemblement dans le Mouvement national russe. Car malheureusement, comme la remarquait Alexandre Belov, leader du DNPI, les organisations nationalistes ont trouvé un terrain d’entente.

Et Alekseï Navalni, coprésident de Narod, a appelé d’autres mouvements politiques, de gauche et de droite, à venir les rejoindre : "Nous devons nous regrouper, aller aux prochaines élections, et les remporter. 70% de la population du pays se dit nationaliste."

Source : Lenta.ru

Les "ennemis du peuple" existent encore ... pour les nationalistes

Les défenseurs des droits de l’homme russe vont déposer une plainte auprès du Ministère public en raison de la publication sur des sites nationalistes d’une liste d‘"ennemis du peuple". Dessus, on peut y lire les nom, adresses, informations présentes sur les passeports, numéro de contribuable, lieu de travail de plusieurs défenseurs des droits de l’homme, mais aussi de policiers chargés d’enquêter sur des crimes racistes. Il y a de fortes chances pour que toutes ces données soient issues des fichiers des organes de sécurité.

Un institut rattaché au ministère de l’Intérieur a comptabilisé 40 passages à tabac lors de flashmobs organisés par des skinheads à Moscou et dans sa banlieue entre décembre 2007 et mars 2008. Sans se connaître au préalable, ils se donnent rendez-vous sur des forums à une station de métro et attaquent la première personne non slave qu‘ils rencontrent.. Le bureau moscovite de défense de droit de l’homme estime qu’il y a en Russie 70.000 skinheads et que 800 sites nationalistes et radicaux sont actifs sur le segment russe d’Internet. Des plaintes ont déjà été déposées, mais les organes de sécurité ont déclaré ne pas avoir les moyens techniques nécessaires pour faire cesser l’activité des ces sites.

Espérons qu’il n’y ait pas une énième attaque ce week-end lors de la marche nationaliste moscovite organisée pour la Pâque orthodoxe.

Source imge : Wikimedia

Record de meurtres racistes en ce début 2008

Par Aurialie le 21.03.2008 à 21h55

Suite au meurtre d’Alekseï Krylov par un néonazi la semaine dernière, des chiffres sur les meurtres à caractère raciste ou pour motif nationaliste sont sortis. Et l’année commence par un bien triste record : 26 personnes tuées, 71 blessées.

Stanislav Markelov, président de l’Institut pour la prééminence du droit, estime qu’en Russie a débuté une guerre civile sur des bases nationalistes. "Après la désagrégation partielle de la partie modérée du mouvement nationaliste, les néonazis sont partis dans la clandestinité." Il explique que le mouvement reprend de l‘ampleur, les leaders de 30-40 ans, recrutant parmi les jeunes de 14-18 ans. Ils se réunissent entre amis pour discuter et boire des bières, leur premier acte nationaliste commence souvent par un tabassage à tabac d’un Caucasien, qui a malheureusement croisé leur route. Mais maintenant, "il y a des équipes entières, qui ne s’occupent pas d’idéologie, mais organisent des attaques et des combats. "

Et le pire est à venir, puisque le printemps a de nombreuses significations pour les nazillons (anniversaire de Hitler et Adolf Hess, meurtre d’un des leurs, G. Borovikov).

Sinon, aujourd’hui c’est la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. La date du 21 mars a été choisie par l’ONU en 1966, en mémoire des violences policières en Afrique du Sud en 1960. Les policiers avaient tiré sur une manifestation pacifique contre les lois de l’Apartheid, tuant 69 personnes.

Source : Svoboda news (photo - lieu du meurtre de Krylov)

Une pensée pour Alekseï Krylov

Par Aurialie le 20.03.2008 à 00h05

Deux cent à deux cent cinquante membres du parti antifasciste Antifa ont manifesté aujourd’hui en mémoire de l’un des leurs, Alekseï Krylov, assassiné dimanche dernier par un nazillon près du métro Kitaï Gorod.

Tous les ans, les jeunes fachos au couteau facile s’entraînent au maniement de leur arme préférée sur une proie vivante : Timour Katcharava, 20 ans, tué de cinq coups de couteaux dans la gorge le 13 novembre 2005 ; Alexandre Rioukhine, assassiné le 16 avril 2006 ; Ivan Eline, 21 ans, achevé par 20 coups de couteaux le 14 janvier 2007. D’où ce prospectus "Combien faut-il encore de victimes pour arrêter les assassins nazis ?" et ces slogans : "le fascisme ne passera pas", "la couleur de peau n’est pas importante - nous disons non au fascisme", "notre patrie - l’humanité", …

Cette manifestation n’était bien sûr pas autorisée par la ville de Moscou (ce qui explique les masques et écharpes couvrant les visages), au moins 13 personnes ont été arrêtées.

Russie08
Russie33
Russie27
Russie45
Russie35
Russie21
Russie16
Russie44
Russie29
Russie06
Russie18
Russie13