Tous les articles sur le mot clé : religion

Nouvelles icônes

Par Aurialie le 12.03.2012 à 19h51

Quoi de plus normal que d’utiliser une imagerie religieuse pour défendre les nouvelles icônes du féminisme revendicatif et de l’incompréhension de l’État face à l’art moderne, que sont devenues les Pussy Riot, depuis l’emprisonnement de deux membres ?

Cette photo a été prise dans une rue de Novossibirsk, mais son auteur n’est pas connu. J’aime beaucoup les détails du dessin, notamment les mentions " ????" et " ????" en haut, pour " ??????? ????? ?????" (Libérez Pussy Riot). Iconiser des personnes, enfermées pour incitation à la haine religieuse, voilà une autre très bonne idée de l’auteur !

Source photo : Kissmybabushka

Une pause mystique

Par Aurialie le 24.01.2011 à 22h33

Le 19 janvier, comme chaque année, avait lieu la bénédiction de l’eau, fête qui donne habituellement lieu au baptême dans une eau glacée de tous les courageux. Drugoï propose un reportage photos de cet évènement, appelé en russe ???????? (krechtchenie). Celle-ci est une de mes préférées, l’ambiance y est tellement mystique...

Source image : Drugoï

Comme un grand sentiment de désespoir

Par Aurialie le 15.09.2010 à 00h07


Le site BestToday, qui propose chaque jour les meilleurs articles, reportages, photos et vidéos publiés sur les blogs russes, a notamment choisi aujourd’hui cette photo de l’incendie du monastère de Ganina Iana, situé à une vingtaine de kilomètres de Iekaterinbourg et construit sur les cendres de la famille impériale Romanov, suite à son exécution dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918.

Longtemps considérée comme un endroit sinistre, auréolé d’un certain mystère (il était interdit d’évoquer la famille impériale pendant l’ère soviétique), Ganina Iana est devenu dès 1991 un lieu saint où des processions religieuses étaient organisées, une croix avait été plantée en mémoire du dernier empereur Nicolas II et de sa famille. C’est en 2000 qu’un monastère (en partie, en bois) a été construit (ainsi qu’un réfectoire pour les pèlerins, un musée, ...) ; et il vient malheureusement de disparaître partiellement.

D’autres photos sont visibles sur UralWeb et pour en savoir plus sur Ganina Iana, vous pouvez consulter le site 14dney.ru.

Et pour info, l’un des sujets le plus souvent évoqué aujourd’hui est le 45e anniversaire de Dmitri Medvedev ; "happy birthday, Mister President !" :-)

Les intellectuels russes les plus influents

Par Aurialie le 18.01.2010 à 00h04

OpenSpace.ru a dévoilé le 20 décembre les 10 intellectuels considérés comme les plus influents en Russie par les internautes. Sur une liste de 100 noms proposés par la rédaction du site, les internautes pouvaient en choisir 5 et rajouter également un nom qui manquait selon eux. Après plus de 40.000 votes pendant un mois, c’est l’écrivain Victor Pelevine, auteur notamment de Génération P (publié sous le titre Homo-zapiens en français) qui a été élu avec 2133 voix.

Viennent ensuite le journaliste et bloggeur Danil Chepovalov, l’homme politique et écrivain récemment récompensé du prix littéraire du magazine Znamia Mikhaïl Khodorkovski, le journaliste Constantin Krylov ou encore l’homme politique et écrivain Edouard Limonov. Plus étonnant, se trouvent dans la liste en 3e position le présentateur télé Leonid Parfionov ou le Patriarche Cyrille de Moscou. Son chargé de relation presse est content de voir le Patriarche en 6e place de ce classement, il pense même que c’est un important qu’il fasse partie des intellectuels les plus influents de Russie, car "c’est en effet une personne qui pense". Une fois encore, je ne suis pas sûre que l’on puisse faire confiance aux sondages sur Internet...

Source image : Openspace.ru

Dors tranquillement, Dieu est mort

Par Aurialie le 19.04.2009 à 03h26

Telle est la phrase apparue en lettres blanches sur un drap noir, vendredi dernier (17 avril) sur un pont de Voronej. Peu d’informations sur l’origine de cette action, personne n’en a reconnu la responsabilité, ni un groupe religieux (ce week-end c’est Pâques en Russie) ni un mouvement politique (du type adepte de Nietzsche).

J’ai un peu hésité à reprendre cette photo (que par ailleurs je trouve intéressante, surtout en pensant à l’audace qu’il a fallu pour suspendre cette phrase) car les thèmes de prédilection du blog sur lequel je l’ai trouvée sont assez étranges et occultes : magie, anarchie, obscurantisme, sacrifices, cannibalisme, ... je ne vais sûrement jamais y retourner, mais je publie tout de même le cliché. Et bonnes Pâques aux orthodoxes !

Esprit, es-tu là ?

Par Aurialie le 10.12.2008 à 13h49

Loin de moi l’idée de faire du prosélytisme religieux suite à la mort d’Alexis II, la religion n’étant pas un thème qui m’intéresse vraiment (8 articles à ce jour seulement). Cette photo, prise durant les obsèques du patriarche, est assez magique et très à propos ! Bravo au retoucheur, car retouches il doit forcément il y avoir.

JPEG - 38.6 ko

Source : tr00per.livejournal.com

Projet : Russie, un goût de rassis

Par Aurialie le 12.11.2008 à 21h57

Projet : Russie, le titre était prometteur, l’accroche de l’éditeur également : antinomie totale avec ce qui se dit et s’écrit en France et en Europe aujourd’hui ; écriture claire et transparente ; matière riche à polémique et réflexion à tous les échelons ; information percutante et pertinente, particulièrement d’actualité à la lumière des toutes récentes élections présidentielles en Russie.

Et si cette accroche est réaliste, il ne faut surtout pas s’attendre à une réflexion moderne et innovante. Les auteurs, anonymes, prônent un retour à une certaine forme de monarchisme, où la religion occuperait une place fondamentale. "Il faut donc ressouder la masse atomisée des individus égoïstes en un collectif uni, en société, en nation. Il faut stopper la décadence morale, restaurer la notion d’honneur, surmonter l’égoïsme et l’indifférence. La réussite n’est possible que par un retour à la religion comme référent majeur. Mais comment faire dans une société "humaniste" prête à admettre l’idée de mariage entre deux personnes du même sexe comme un droit aliénable de l’être éclairé ?" (p.180) S’en suit alors une citation de l’ancien testament et elle est loin d’être la seule.

Les auteurs dénigrent la démocratie ("Tous ceux qui déclarent comme principe de base la possibilité de choix sont des démocrates. Les communistes, les fascistes, les libéraux, les républicains et autre forment, de par leur essence intérieure profonde, une seule famille : la famille démocratique", p.287) et font preuve d’un manichéisme délirant - croyant = bien/athée = pervers consumériste ("Selon le petit bourgeois occidental, un individu normal est celui qui s’oriente non pas en fonction des commandements de Dieu, mais en fonction de sa carrière et de l’argent. Celui qui place la religion au-dessus de sa carrière et des hamburgers est un fanatique. celui qui place au-dessous de tout le reste sa carrière et les hamburgers est normal", p. 251/252).

Et ce premier ouvrage n’est que le 1e tome d’une trilogie. Le 2e tome est déjà sorti en Russie et le 3e ne va tarder. Ne comptez pas sur moi pour les lire et vous en faire un résumé, l’acte 1 du Projet m’a amplement suffi. Je vous conseille plutôt la lecture du roman Le dernier amour du président d’Andreï Kourkov, qui est en lice pour le prix littéraire irlandais IMPAC.

Libé ne commémore pas la mémoire des morts d'Ossétie

Par Aurialie le 17.09.2008 à 22h46

Selon la tradition chrétienne, 40 jours après la mort de quelqu’un, son âme s’envole et quitte définitivement les siens, la famille et les amis commémorent alors sa mémoire pour qu’il repose en paix. Et dans la guerre osséto-georgo-russe, ce 40e jour était hier, le mardi 16 septembre.

A cette occasion, des commémorations avaient lieu dans toutes les ambassades russes à l’étranger. En France, l’ambassade de la Fédération de Russie avait rédigé un message de condoléances aux parents des morts d’Ossétie du Sud. Le texte, contenant notamment la phrase "En l’hommage des victimes de la tragédie en Ossétie du Sud - Ossètes, Russes, Géorgiens. Nous partageons le deuil des familles", avec une photo de Tskhinvali, devait être publié dans le journal Libération. Si un accord avait été conclu lundi (aux dires de l’ambassadeur), mardi aucune annonce n’était publiée, refusée par le Conseil de rédaction du journal. N’est-ce pas cela la censure ?

Source : Lenta.ru

L'Apocalypse russe. Dieu au pays de Dostoïevski

Par Aurialie le 06.04.2008 à 21h23

Jean-François Colosimo, philosophe et théologien, s’est penché sur la question de la religion et du despotisme russes, dans son ouvrage L’Apocalypse russe. Dieu au pays de Dostoïevski. Il a répondu aux questions de Philippe Vallet (France culture) début mars, l’interview est retranscrite ci-dessous.

PV : Dans son histoire, la Russie a connu une suite d’apocalypses qui souvent ont annoncé le futur du monde. Dans son nouveau livre, l’essayiste Jean-François Colosimo questionne le despotisme russe. Une réflexion riche et ample sur les nouveaux visages de Dieu en politique et les prophéties de Dostoïevski et de Soljenitsyne.

JFC : La Russie, c’est le laboratoire extrême de la modernité. C’est la pays où le nihilisme, les kamikazes, les auteurs d’attentats suicides, les camps, le communisme, la terreur, ont été, si ce n’est inventé, systématisé. La Russie est une sorte de contre-marque de la civilisation européenne, et pourtant c’est là que se joue le destin moral, spirituel de l’Europe, parce qu’on ne peut pas exclure la Russie de l’Europe.

PV : Dans votre livre, vous notez que la violence existait déjà avant 1917.

JFC : La violence a toujours été là. La violence a pour envers la dimension mystique, religieuse, le caractère céleste, les fols-en-Christ, les starets, les moines errants, toute cette Russie mystique que l’on voit exploser dans les œuvres de Dostoïevski.

PV : Justement, Dostoïevski est-il une image ou un concentré de la Russie ?

JFC : Dostoïevski, c’est le prophète de la Russie et donc le prophète de notre monde moderne, du siècle qui s’ouvre, c’est le prophète en fait du salut ou de la damnation. Où plaçons nous l’humanité ? Les héros de Dostoïevski assassinent et se signent en même temps, ils préfigurent en fait la grande collusion que nous vivons en ce moment entre le religieux et le politique.

PV : Les Russes sont-ils condamnés au despotisme ?

JFC : Non bien sûr et c’est ce que montre Soljenitsyne. C’est le génie de Soljenitsyne. Il corrige Dostoïevski, il corrige l’hypernationalisme de Dostoïevski, l’impérialisme de Dostoïevski, il corrige l’antisémitisme de Dostoïevski, en montrant qu’il y a des fléaux russes et que ces fléaux doivent cesser pour que les Russes prennent toute leur place dans le monde. Et c’est une place de témoignage d’abord spirituel dit Soljenitsyne, de l’auto-limitation, une fonction ascétique, une fonction d’éveil spirituel.

Au nom de dieu, du tsar et de la patrie

Par Aurialie le 09.10.2007 à 23h27

Question : Où peut-on entendre des phrases telles que "Avec des gaillards comme nous, l’OTAN ne passera pas", "Comme nous sommes bien ici, pendant que les travailleurs de l’Ouest pourrissent" ou "La démocratie ce n’est pas pour nous. Nous n’en avons pas besoin" ?

Réponse : Dans un reportage de Nino Kirtadzé, diffusé ce soir sur Arte, intitulé "Au nom de dieu, du tsar et de la patrie". Le sujet de ce documentaire : Mikhaïl Morozov, un Russe dirigeant d’une main de fer un village et ses habitants qui souhaitent sauver leur âme en rompant avec la vie moderne et ses tentations. Les concepts mis en avant pour atteindre ce but : le respect dû au maître (le Tsar Poutine) et à son autorité, la religion orthodoxe, le nationalisme russe, la résurrection de l’âme russe, ... C’est pourquoi, l’ennemi c’est l’OTAN et les Etats-Unis (qui après l’Afghanistan et l’Irak pourrait envahir la Russie pour son pétrole) ; l’Europe, "qui se prend trop au sérieux", est jugée marginale ; le Venezuela et l’Iran sont considérés comme des alliers potentiels ; et la démocratie c’est pour les autres ! Le maître pense, le peuple agit : voilà ce qu’est la démocratie dirigée.

Rediffusion le 13 octobre à 15h50.

MAJ (10/10/2007) : Heureusement, Professeur Sarkozy est venu aujourd’hui donner un cours de démocratie à des étudiants russes.

Source photo : Arte.
A lire également : la critique de Télérama.

Gloubi-boulga religieux

Par Aurialie le 04.08.2007 à 01h52

Trouvée aujourd’hui sur le site English Russia, cette étrange construction, unifiant 16 religions différentes - branches du christianisme, de l’islam, de l’hindouisme, du bouddhisme et bien d’autres.. Cette "cathédrale de toutes les religions", située au Vieux Arakchino, dans la banlieue de Kazan, est l’œuvre de l’architecte russe Ildar Khanov. C’est en avril 1994 qu’il s’est attelé à la difficile tache d’unir les religions, suite à un rêve, dans lequel le Christ lui aurait demandé de bâtir un tel monument. Cet artiste, qui a failli mourir de faim lors de la Seconde guerre mondiale est un adepte de la philosophie orientale et un guérisseur, aidant gratuitement les malades, les toxicomanes et les alcooliques qui se présentent à sa porte. En reconnaissance de ses soins, ces derniers l’aident à construire son œuvre multiconfessionnelle, tandis que les matériaux de construction sont déposés gracieusement par des anonymes.

Ce concentré d’éclectisme religieux a toute sa place dans la région de Kazan, puisque la République du Tatarstan est considérée comme un modèle de coexistence pacifique entre les musulmans et les chrétiens.

Source : Inopressa.ru
D’autres photos sur English Russia

C'est l'heure des cloches

Par Aurialie le 07.04.2007 à 23h46

Parce que je suis plus gourmande que croyante, voilà des liens pour connaître les recettes du koulitch (symbole du mont Golgotha) et du paskha, deux gâteaux préparés pour fêter Pâques. Bonne appétit et bonne Pâques !

Source images : Rambler

L'empereur pour témoin

Par Aurialie le 03.04.2007 à 00h15

Envie d’un week-end, séjour ou mariage (orthodoxe) original ? Voilà le bon plan de la semaine : visiter, quelque soit le motif, la petite église de la Sainte-Trinité, construite, en 60 jours, sur l’île de Saint-Georges, pas très loin de la station scientifique russe de Bellingshausen, située dans l’Antarctique.

Le climat n’y est pas si extrême, puisque en été, les températures varient entre moins huit et huit degrés. Et en plus vous pourrez y voir de magnifiques manchots empereurs. Vous ne pouvez pas louper l’église, au 3e iceberg à droite, vous apercevrez la croix, il ne vous restera alors plus que 30km à parcourir.

Source : Ria Novosti

Joyeux Noël (orthodoxe) !

Par Aurialie le 06.01.2007 à 23h27

C’est cette nuit que les Orthodoxes fêtent la naissance du Christ, soit 13 jours après les Catholiques, car Noël, mais aussi Pâque et le nouvel an, sont calculés selon le calendrier julien (et non géorgien).

Au choix, cette année vous pouviez célébrer Noël :
- avec le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies à la cathédrale du Christ-Sauveur,
- avec le président ukrainien Iouchtchenko et le président géorgien Saakachvili à à Gouta (dans les Carpates, en Ukraine), comme Gérard Depardieu
- avec des Aléoutes, en Alaska, où la religion orthodoxe est encore très présente.

En effet, selon un article du St Petersburg Times, la tradition orthodoxe a survécu là bas alors que la plupart des Aléoutes n’ont pas de sang russe. On compte aujourd’hui quarante ordinations de prêtres, soit davantage qu’à l’apogée de l’influence russe, dans les années 1850. De plus, rien que dans la région d’Anchorage, cinq nouvelles églises se sont ouvertes en dix ans, ainsi qu’un musée décrivant l’histoire de l’orthodoxie en Alaska. Cela s’explique par les méthodes employées par les colonisateurs. Bien que tout colonisation s’accompagne de violence, les missionnaires, envoyés entre 1741 et 1867, ont fait de remarquables efforts pour apprendre les langues locales et laissé aux indigènes une grande latitude en matière de religion.

Russie44
Russie25
Russie26
Russie39
Russie32
Russie36
Russie13
Russie27
Russie11
Russie21
Russie41
Russie04