De l'art aux quatre coins des rues russes

Par Aurialie le 25.03.2012 à 01h09

Graffitis, mosaïques, stickers, installations... tout le monde connait le street art, ou art urbain en français, (on croise tous les jours dans la rue des créations plus ou moins réussies), l’un des représentants les plus connus étant le Britannique Banksy. En Russie, les street artistes ne manquent pas, en voilà 4 exemples.

Le 1e est la dernière installation de Timofeï Radya, artiste d’Ekaterinbourg, né en 1977, qui tient un blog intitulé "Anybody who makes street art is a friend of mine". Sa création, bon exemple de détournement, est l’affiche ci-dessous, collée sur un panneau près du chantier du Passage, dans le centre d’Ekaterinbourg, annonçant "Ici, il y aura une forêt".

Et en dessous de cette annonce : "Du fait du mécontentement soulevé par la construction d’un nouveau centre commercial, dans le centre historique d’Ekaterinbourg, le plan de reconstruction doit être modifié. La société Malycheva-73 avec le gouverneur de la région de Sverdlovsk, le gouvernement de la région de Sverdlovsk, l’administration de la ville d’Ekaterinbourg et le représentant du District fédéral de l’Oural ont décidé de rétablir l’aspect historique de la ville. La forêt dans l’Oural est apparue bien avant la ville. Déjà Pavel Petrovitch Bajov avait déclaré : "Les arbres se conduisent mieux que les hommes." Ils sont sûrs que la nouvelle forêt va ravir les habitants et visiteurs d’Ekaterinbourg."

L’affiche est donc fausse, et c’est dommage, mais le mécontentement réel pour certains habitants de la ville, qui ne veulent pas voir l’ancien bâtiment Passage détruit. Par contre, d’autres voient les avantages d’avoir un centre commercial neuf dans le centre, c’est pourquoi une consultation publique s’est tenue vendredi pour faire avancer le débat.


Ces photos ont été prises par Sosnitsky à Rostov-sur-le-Don. Il explique que "ce n’est pas la première fois que des personnes décorent avec des oiseaux en origami les arbres de la ville. Les passants les regardent avec enthousiasme ou tout du moins sourient." Et je suis d’accord avec sa conclusion : "Parfois, il en faut peu pour remonter le moral".

Je voulais terminer avec un peu d’amour, ou presque, avec cette création de Pavel183, que j’ai déjà évoqué ici et qui est même surnommé le Bansky russe. Alors que le graffeur écrit "je t’aime" en quatre langues, sa copine lui dit "Chéri, t’es débile, ça ne paie pas". Le commentaire de Pavel est le suivant : "Combien de fois ça a été ainsi... Je pense que beaucoup ont entendu cela."

Mais j’ai finalement choisi ce graffiti, dont l’auteur est inconnu, publié par Nomobullshit et représentant Vladimir Poutine, coupant la lettre R de "Révolution", donnant ainsi le mot "Évolution". J’aime beaucoup l’idée de ce graffiti, et bien sûr, on ne peut que souhaiter que ça devienne vrai.

Et pour ceux qu’ils veulent découvrir d’autres oeuvres urbaines, Street Art Utopia a recensé les 106 meilleures créations de 2011, qui ne sont bien sûr pas toutes russes !

Commentaires

>> De l’art aux quatre coins des rues russes

Tiens ? Pas encore de commentaire pour nous expliquer le satanisme de ces installations ? Ni pour reprocher à ces artistes d’être manipulés et/ou financés par le grand satan en personne ?

Le 25 mars 2012 à 03h27 par Meriem

>> De l’art aux quatre coins des rues russes

En auscultant la personnalité de Aurialie, s’il est permis d’utiliser ce langage doctoral, on découvre une demoiselle militant pour l’aménagement durable et disposant d’un penchant à l’humour.

De sorte qu’il lui sera agréable de découvrir que cette notion d’aménagement durable est plus ancienne que connu (selon mes recherches philologiques délirantes).

En effet Monsieur Lapin , et Madame Lapine ont créé le concept il y a fort longtemps.
Car initialement , et avant qu’il y eut erreur typographique et orthographique, il s’agissait d’aménagement du râble.
L’espèce en question ne s’en porte pas si mal, jusqu’à proximité du tarmac de l’aéroport de Roissy par exemple.

Les humains doivent en effet beaucoup au Lapins et aux Lapines.
Un autre adage : chaque chose en son temps provenant en effet de la philosophie lapinoïde : chaque chose en sautant.

Le 25 mars 2012 à 14h07 par george

>> De l’art aux quatre coins des rues russes

@ Meriem !

http://s59.radikal.ru/i166/1203/94/a302da1d66e8.jpg

Le 25 mars 2012 à 14h46 par ANNA

>> De l’art aux quatre coins des rues russes

Pour une version "enrichie" (sans jeu de mots) du dernier graffiti :

http://www.nr2.ru/ekb/374763.html

Le 3 avril 2012 à 03h33 par Meriem

>> De l’art aux quatre coins des rues russes

Certaines personnes ne comprennent pas le street art et le qualifie uniquement de tagging/graffiti. Banksy a permis d’enlever une partie de cette connotation négative en montrant qu’une oeuvre peut être vraiment réfléchi et veut faire passer un message fort et que ce n’est pas seulement du gribouillis sur une façade. Je ne connaissais pas encore les artistes russes. Ces street art sont vraiment intéressant. Merci pour cette découverte !

Christian Pellerin

Le 29 juillet 2013 à 13h47 par Chris
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Russie38
Russie41
Russie12
Russie28
Russie45
Russie08
Russie19
Russie27
Russie11
Russie10
Russie22
Russie06