Et pendant ce temps en Biélorussie

Un pays dans lequel le président considère sans fondement les accusations de censure et de dictature dans son pays, n’est-il pas justement un pays où la censure et la dictature sévissent ?

Aujourd’hui, Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, a déclaré : "Nous sommes un pays ouvert, c’est pourquoi il n’y a aucune censure, ni dictature, ici. (…). Pour pouvoir répondre aux demandes des censeurs, il faut posséder des ressources indispensables. En Biélorussie, nous n’avons pas de telles ressources et c’est une raison objective pour laquelle il n’y a pas de censure ici, censure à laquelle on parle malheureusement en Russie." Cette déclaration laisse d’autant plus perplexe qu’elle intervient moins d’une semaine après la mort d’un journaliste d’opposition, Oleg Bebenine, l’un des fondateurs du site Charter97.org, officiellement d’un suicide par pendaison. Pas de signes de lutte dans le logement, ni de traces de coups sur le corps d’Oleg Bebenine et pourtant ses proches et soutiens ont déclaré qu’il n’avait aucune tendance suicidaire, ni aucuns problèmes familiaux, mais des grands projets et des pressions du gouvernement.

A quelques mois de l’élection présidentielle (peut être en février 2010), la mort de ce journaliste pourrait endommager la réputation de Loukachenko, selon The Moscow Times.

Source image : Charte97.org

Article mis à jour le 11/09/10

Commentaires

>> Et pendant ce temps en Biélorussie

La suspicion de meurtre d’un journaliste d’opposition est gratuite. Lorsqu’il s’agit de la Russie, ma réaction est exactement la même. Charte 97 est une organisation quasiment virtuelle. La source est donc peu fiable car l’information n’a pas été reprise par la presse indépendante, si ce n’est par le Monde.

Présidentielles 2011 : je ne pense pas qu’un tel événement ait une quelconque incidence sur le choix des électeurs. Tout comme en Russie, il existe une opposition artificiellement entretenue par des milieux influents de l’Occident. La population locale en ignore totalement l’existence.

Par ailleurs, je ne crois pas qu’il faille se fixer sur la déclaration de Loukachenko. En réalité, il règne actuellement un climat conflictuel entre les dirigeants de la Russie du Belarus.
Il faut donc avoir lu les articles publiés en Russie pour comprendre qu’il s’agit d’une riposte.

A signaler une forte concurrence dans des secteurs tels que potasse, industrie laitière, matériel de transport etc. Enfin, Loukachenko alterne son attachement à la Russie et son ouverture vers l’Union européenne (objectif : préserver l’autonomie économique de son pays).

Pour terminer, bien qu’ayant trop rarement l’occasion de visiter votre site, je le trouve toujours aussi avenant (même si je ne partage pas systématiquement vos opinions).

Le 11 septembre 2010 à 03h49 par Ratgemini

>> Et pendant ce temps en Biélorussie

@Ragetmini

Je suis assez d’accord avec vous sur tous les points, en fait : j’ai lu un article de Moscow Times sur le décès de ce journaliste et quelques heures après cette déclaration de Loukachenko ; j’ai pensé que ce serait intéressant de les mettre en parallèle.

Mais 1) je ne crois pas du tout en la valeur de cette déclaration (c’est pourquoi j’écris qu’il n’y a que dans un pays autoritaire que l’on peut entendre une telle phrase dans la bouche de son président) et sa pique sur la Russie en est d’autant plus amusante ; 2) ce décès peut parfaitement être un suicide, mais forcément ses proches le récusent ; saura-t-on un jour la vérité 3) sur la présidentielle de 2011, c’est The Moscow Times qui écrivait que ça pouvait gêner Loukachenko et j’aurais dû le dire, car je n’y crois vraiment pas.

Le 11 septembre 2010 à 12h05 par Aurialie

>> Et pendant ce temps en Biélorussie

@Aurialie

En réalité, Loukachenko agace beaucoup de monde : l’économie biélorusse n’est pas si mauvaise que cela (comparer les voisins Baltes, Lituanie notamment, où les faillites et l’exode de la main d’œuvre sont un fléau pour l’économie avec des conséquences évidentes sur les retraites).

Loukachenko agace la Russie, au premier chef pour son non alignement à la politique géorgienne, pour la querelle du gaz etc. Certains médias russes l’affublent du surnom «  ?????? » (parrain).

Mais il agace également l’Union européenne et l’atlantiste Pierre Lellouche en particulier.
Les dernières présidentielles, l’Ambassadeur de France trainait dans les rues de Minsk avec les opposants très clairsemés (comme souvent en Russie également). Par contre, au début de l’année, Pierre Lellouche s’est rendu à Minsk avec pleins de flatteries sur le pays. En arrière pensée, la volonté d’infléchir la tendance des présidentielles, en faveur de l’Union européenne.

A leur insu, la Russie et l’Union européenne mènent une politique conjointe d’ingérence. Mais il n’y aura qu’un gagnant.

Le 11 septembre 2010 à 15h27 par Ratgemini
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Russie04
Russie37
Russie40
Russie38
Russie33
Russie18
Russie19
Russie42
Russie26
Russie13
Russie27
Russie31