La loi des séries ?

Par Aurialie le 23.07.2009 à 23h46

Via Libération (et en russe via Lenta.ru) : Une semaine après l’assassinat de Natalia Estemirova, Andreï Koulaguine, qui enquêtait sur le sort des prisonniers en Russie, a été retrouvé mort en Carélie.

Andreï Koulaguine, un militant des droits de l’Homme russe, a été retrouvé mort deux mois après sa disparition en Carélie (nord-ouest de la Russie). Koulaguine, qui enquêtait sur les conditions de vie dans les prisons, avait disparu le 14 mai.

Son corps a été trouvé le 10 juillet dans une carrière de sable près de Petrozavodsk, capitale de la Carélie, a précisé le reponsable de l’ONG Spravedlivost (Justice), Andreï Stolbounov, interrogé par l’AFP.

« Andreï Koulaguine visitait les prisons et enquêtait sur les violations des droits des prisonniers », a-t-il poursuivi. Une source policière en Carélie a confirmé la découverte du corps mais a indiqué ignorer si la victime appartenait à une ONG de défense des droits de l’homme. Selon cette même personne, Andreï Koulaguine avait un casier judiciaire pour « hooliganisme ».

=> Je tiens à préciser que l’on ne connait pas encore pour le moment la cause du décès. Bien qu’Andreï Koulaguine ait disparu depuis 2 mois, il pourrait très bien s’être suicidé. Et dans le cas où son décès est criminel, rien ne nous dit qu’il est lié à son activité au sein de Spravedlivost. Une mauvaise rencontre, une bagarre qui dégénère, une histoire d’amour qui tourne mal, un problème d’argent, ... en Russie comme ailleurs les raisons de tuer un homme sont multiples. D’autant plus que le nombre d’armes est en augmentation en Russie. La coïncidence avec le meurtre de Natalia Estemirova est en tout cas bien malheureuse.

Source photo : Spravedlivost

Commentaires

>> La loi des séries ?

"Une mauvaise rencontre, une bagarre qui dégénère, une histoire d’amour qui tourne mal, un problème d’argent, ..." Ou peut-être, comme son collègue Iarochenko de Rostov-sur-le-Don, Koulaguine est-il simplement tombé d’une échelle ?

Je comprends le point de vue : partout dans le monde, des journalistes meurent de toutes sortes de causes : en Russie comme ailleurs il y a maladies, des accidents de voiture et même sûrement des types qui se tuent vraiment en tombant d’une échelle. Alors il peut être agaçant que chaque fois qu’un journaliste meure en Russie, on crie immédiatement au meurtre.

Il faut cependant reconnaître que l’on ne crie pas très fort (sauf devant les caméras) et surtout pas très longtemps. Il faut également reconnaître que l’intensité des cris d’orfraie varie selon les intérêts en jeu (intérêts généralement qualifiés de "supérieurs" par ceux-là mêmes qui se gaussaient de la langue de bois soviétique, autre sujet d’agacement).

Un exemple parmi beaucoup d’autres : au Tchad, lorsqu’un opposant a été enlevé et assassiné, cela n’a pas empêché le petit roi de France et sa toute nouvelle épouse de rendre une visite très médiatisée au président Déby, sans parler de l’appui militaire de la France via (entre autres) l’opération dite Épervier.

Tout ça est vrai et tout ça est agaçant, certes. D’autant plus agaçant que ces cris d’orfraie ne sont pas poussés que par les petits rois mais aussi par leurs bouffons. J’ai lu récemment les déclarations pathétiques de Glucksman (pardon, le Philosophe Glucksman) sur l’assassinat de Natalia Estemirova (http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/22/n-oublions-pas-l-assassinat-de-natalia-estemirova-par-andre-glucksmann_1221516_3232.html). Quelques vérités, approximatives et jamais documentées, enrobées de beaucoup de pathos, où l’auteur (pardon, le Philosophe auteur) commence par évoquer Natalia Estemirova et finit par l’appeler Natacha. Pa-thé-ti-que !

D’autant plus agaçant que ce même Glucksman, prompt à montrer son grand humanisme sur le Darfour, n’a jamais signé une pétition, à l’initiative de société savantes, pour cet opposant tchadien dont je parlais plus haut (http://smf.emath.fr/PetitionSaleh/signataires.cgi).

Alors évidemment, ça peut en agacer certains (et j’en fais partie). Doit-on pour autant fermer les yeux sur ce qui se passe en Russie ? Pire encore, doit-on faire comme s’il ne se passait rien ? À mon sens, le problème n’est pas tant l’assassinat de journalistes que l’impunité des assassins. Et la responsabilité de cette impunité incombe aux dirigeants de la Russie, à tous les niveaux de gouvernance. Et elle nous incombe aussi à nous, simples citoyens.

Le 24 juillet 2009 à 04h31 par Meriem
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Russie06
Russie10
Russie32
Russie17
Russie08
Russie37
Russie36
Russie21
Russie33
Russie19
Russie04
Russie09