Voyage avec Ivan

Par Aurialie le 06.04.2013 à 00h12

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs "Bloguer Russie" organisé par le blog Russie.fr. Vous trouverez ici la présentation de l’événement pour cette première édition : "Mon premier voyage en Russie".

Mon premier voyage en Russie n’a pas été géographique, il a été littéraire. Ma prof de français en 3e avait décidé de nous faire étudier le roman d’Alexandre Soljenitsyne "Une journée d’Ivan Denissovitch".
Aujourd’hui encore, je me dis que c’est une idée étonnante de faire étudier à des élèves de quatorze ans ce roman évoquant les goulags, les difficiles conditions de vie des zeks, le froid, les privations, les mesquineries entre détenus, …. Et c’est pourtant par cette porte que le russe est entré dans ma vie, puisque j’ai décidé de l’apprendre l’année suivante au lycée. Aujourd’hui, je me dis que ce voyage littéraire a façonné la suite de ma "relation" avec la Russie, notamment l’écriture de ce blog, qui, pendant près de 5 ans, a traité des violations des droits de l’Homme, de l’opposition civile, à défaut d’être politique, au pouvoir russe, mais aussi d’environnement, de culture, …

Je regrette de ne pas avoir retrouvé mes cours pour savoir ce que la prof nous avait fait étudier, mais pour écrire cet article, j’ai repris mon livre de l’époque. Ce qui m’a fasciné dans ce voyage, dans le récit de cette journée, ce ne sont pas les sonorités étranges des mots russes (il n’y en a presque pas), ni la découverte de grands espaces (le seul moment où les prisonniers sortent de leur camp c’est pour aller travailler dans un autre secteur, le temps est glacé, pas vraiment un temps à admirer le paysage comme le montre cet extrait "ce matin-là, on se mussait, tête basse, derrière le dos d’en face, chacun rentré dans son pensoir", p.58). Je pense que c’est le caractère de cet homme juste, connaissant bien les règles du camp, Ivan Denissovitch Choukhov, qui a passé une journée "sans seulement un nuage, presque de bonheur", parce qu’il avait, entre autres, "maraudé une kacha, (…), maçonné à cœur joie ; on ne l’avait point paumé avec sa lame de scie pendant la fouille ; il s’était fait du gain avec César ; il s’était acheté du bon tabac ; et au lieu de tombé malade, il s’était chassé le mal" (p.189).

La phrase suivante est également très intéressante, elle est pour moi une autre évocation de l’âme russe : "A présent, après ce recompte, pour la première fois depuis qu’à six heures et demie du matin on a sonné le rassemblement, le zek redevient un homme libre. Passé la grande porte de l’enceinte, passé la petite porte du chemin de ronde, et passé encore l’enclos de la place d’appel, va où tu veux."

Le bonheur dans une journée moins horrible que d’habitude, la liberté dans un camp entouré de deux portes et un enclos, ne serait-ce pas cette philosophie des petits bonheurs qui m’aurait donné envie d’en connaître plus sur la Russie, sa culture, son histoire, sa littérature, sa géographie, son peuple, ...

Sinon, je me rappelle quand même de mon premier vrai voyage en Russie. C’était à Petrozavodsk, en Carélie, chez Nadejda ("espoir", en russe). J’étudiais le russe depuis à peine 2 ans, je n’étais pas vraiment à l’aise pour m’exprimer. Il me reste seulement quelques images de ce court séjour de 15 jours : le lac Onéga, la visite de la maison des mariages, l’architecture différente des rues et immeubles, la flamme du soldat éternel, les soirées, la gentillesse de la famille de Nadia, leur peur (sans fondement) que je ne mange pas suffisamment (j’ai toujours bien mangé en Russie, contrairement à ce que certains pensent sur la gastronomie russe), les délicieux blinis à la confiture, ... Rien que d’y penser, ça me donne envie d’y retourner !

Image : Monument des "Pêcheurs" sur un quai de Petrozavodsk, que je n’ai pas eu la chance de voir (source : Wikipedia)

Commentaires

>> Voyage avec Ivan

Apparemment Aurialie est partie en voyage avec Yvan.Car nous n’avons plus d’article à découvrir.
Comment se passent les séances de pèche à la ligne au bord du lac Baïkal ?
Est-ce que Yvan prépare de bons blinis ?

J’espère que vous n’êtes pas tous deux piégés dans un goulag anachronique pour avoir pris un bain glacé de vodka.
Car on peut être ivre sans avoir à lever le coude !
Si d’aventure Aurialie est perdue dans une forêt de bouleaux, prière de dresser un oiseau qui saura alerter une babouchka secourable.

Le comble de la bloggeuse est de jeter l’encre dans les bras d’un matelot.

Le 1er août 2013 à 19h05 par george
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Russie42
Russie22
Russie31
Russie45
Russie10
Russie07
Russie04
Russie37
Russie13
Russie09
Russie03
Russie16